Cet article date de plus de dix ans.

La France sauvage

écouter
Pas la peine de partir très loin pour trouver le dépaysement total : il existe bien une France sauvage, de grands espaces protégés qui donnent l’illusion parfaite d’être parti au bout du monde. parfois on se croirait au Tibet, au Rwanda.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Planète Géo" : une photo, un reportage, une carte ou un portrait issus du magazine "Géo". (ARTHUR DEBAT / GETTY IMAGES)

 

L’année
2012 s’annonce comme un cru historique : sept nouveaux parcs seront
créés,
portant le nombre d’espaces protégés à soixante sept. Parmi eux, le
parc naturel régional des Ardennes- en tout       118 000 hectares protégés- inauguré en Décembre dernier. Son
emblème : le sanglier. L’équipe du parc répertorie la biodiversité des lieux dont 23 espèces
d’oiseaux.

La France sauvage
se porte bien mais la biodiversité se dégrade en France, depuis cinq
ans.  D’où l’urgence de créer de nouveaux espaces
naturels.

Qui dit
patrimoine naturel dit protection en tout genre. L’île de Port-Cros a
même son
flic écolo; à lui (ou plutôt à elle car il s'agit d'un bout d'une jeune femme) de surveiller les sept cents hectares de sentiers et 
les fonds
marins tout autour, d'empêcher les touristes de saccager sa faune et sa flore.

 Le
plus dur est de concilier nature et développement économique: ces territoires
protégés attirent de plus en plus de curieux, pas moins de quinze
millions de
visiteurs, chaque année. D'où ces chartes mise en place pour que les gens du pays se sentent impliqués dans la conservation et le développement de leur parc.

Mais il existe bien un  paradoxe : labelliser des zones vierges, favorise le bitume, avec le
risque
de transformer ces zones "en Dysneyland green" pour reprendre l’expression
d’un
sociologue.

 

Christelle PANGRAZZI a arpenté ces
coins secrets et nous les restitue dans le magazine « Géo » du mois de Mai. Il reste en France des bouts de terre intacts, c’est ce que prouvent les photos
de Stan Fautré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.