Cet article date de plus de dix ans.

La Corée du Nord, vue côté chinois

Les frontières avec la Corée du Nord sont moins hermétiques qu'on pourrait le croire: côté Chine, les échanges se poursuivent et des milliers de Coréens, poussés par la faim, ont trouvé refuge dans ce pays allié durant les trois ans de guerre de Corée.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
"Planète Géo" : une photo, un reportage, une carte ou un portrait issus du magazine "Géo". (ARTHUR DEBAT / GETTY IMAGES)

Deux fleuves séparent la Chine de la Corée du Nord : le Yalu et le Tumen ; le Tumen où, sur la berge
chinoise, s'élève un monument évoquant l'alliance tissée entre les deux pays
communistes durant les trois ans de la guerre de Corée. Cette région
frontalière attire les touristes chinois mais aussi les réfugiés nord-coréens.

Le
photographe Thomas Van Houtryve les a rencontrés ; son reportage publié
dans le magazine Géo, nous donne l'image d'une frontière poreuse.

Il existe ainsi une communauté de Nord-Coréens intallée en Chine, juste de l'autre côté de la frontière. Les membres sont devenus chinois, au fil des générations, mais les nouveaux arrivants ne sont pas forcément les bienvenus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.