Cet article date de plus de huit ans.

Maurice Lévy, patron de Publicis Group

écouter (5min)
Le patron du groupe de communication Publicis est l'invité de France Info au Forum économique mondial de Davos en Suisse, dont il est un des membres directeurs. A cette occasion, Maurice Lévy livre son analyse sur la politique économique de la France et en particulier sur le projet de taxation à 75 % des plus riches.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

"Ceux qui sont les mieux lotis doivent contribuer plus, dit-il,  mais 75 % c'est excessif, l' excès de taxation pénalise l'effort et le succès ."

Publicis Group, c'est la célèbre agence de publicité des
Champs- Elysées, et c'est surtout le troisième groupe mondial de communication
avec 60.000 collaborateurs et un chiffre d'affaires de près de six milliards en
2011.

Maurice Lévy est le président du
Directoire, il est aussi membre de la Direction du Forum économique mondial de
Davos
. Et d'après lui, Davos, ce n' est pas qu'un lieu où les grands patrons
font des affaires, "c'est avant tout un lieu de débats, c'est même le principe
de Davos, c'est un lieu de confrontation d'idées, entre des gens d'univers
différents : les entreprises, les politiques, les organisations non
gouvernementales et les universitaires
".

Les grands patrons participant à ce
forum suivent de très près les réformes économiques engagées par la
France, "l'accord sur le marché du travail ainsi que le pacte de compétitivité
sont bien notés par les chefs d'entreprise
" assure Maurice Lévy.

La politique fiscale du gouvernement
français suscite en revanche beaucoup plus de doutes.  En août 2011, Maurice Lévy avait
signé une tribune dans la presse réclamant une contribution exceptionnelle des
plus fortunés, " je ne change pas d'avis, j' écrirais le même article aujourd'hui ...mais évoquant une possible taxe à 75 %, il considère qu' "il faut  être modéré, l'excès de taxation nuit, ça
produit une très mauvaise image et ça
pénalise l'effort et le succès".

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.