On s'y emploie, France info

La lente féminisation de métiers

On fête aujourd'hui un anniversaire. Il est situé à quelques jours de la journée des droits des femmes, qui a eu lieu mardi. C'est le 30ème anniversaire d'une circulaire du Premier ministre, il s'agissait alors de Laurent Fabius, sur la féminisation des noms de métiers, de fonctions, de grades et de titres. Trente ans après, dit-on "madame la présidente" ou "madame le président" ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Trente ans après une circulaire imposant la féminisation des noms de métiers, la règle peine à s'imposer [Image d'illustration] © Fotolia)

On dit "madame la présidente" et, si j'ai bien compris les recommandations de l'Académie française sur la question, qui datent d'il y a tout juste deux ans, "madame le professeur". Tout comme on ne dit pas "sapeuse-pompière", "auteure", "procureure"ou "ingénieure".

La circulaire a trente ans, elle a été suivie d'une autre, en 1998, prise par Lionel Jospin, qui demandait aux administrations de recourir aux appellations féminines pour les noms de métiers, mais la querelle n'est pas refroidie. Souvenez-vous, c'était en octobre 2014, l'affaire de "madame le président" à l'Assemblée nationale. Un député, l'UMP Julien Aubert, avait refusé d'appeller la présidente du jour, Sandrine Mazetier, autrement que "madame le président", en dépit des protestations de sa collègue. Le député avait écopé d'une sanction financière, basée sur cette circulaire de 1998.  

Les explications d'Eliane Viennot, auteur d'un ouvrage qui s'intitule "Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin".

(Trente ans après une circulaire imposant la féminisation des noms de métiers, la règle peine à s'imposer [Image d'illustration] © Fotolia)