On ne pouvait pas le rater. Polémique après la victoire 22 buts à 1 du AC Arles

écouter (3min)

Dimanche, en Régional 2 Ligue Méditerranée, un match s'est terminé sur un score digne d'un jeu vidéo. Et ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

Article rédigé par
Olivia Leray - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un ballon au fond des filets sur un terrain de football. (MAXPPP)

Et 1, et 2... et 22 buts à un. C'est le score fleuve du match de foot amateur entre Arles et Septèmes-les-Vallons, qui s'est tenu le dimanche 8 mai. La rencontre, qui s'est déroulé lors de la dernière journée de la poule C de Régional 2, l'équivalent de la 7ème division de football en France, interpelle forcément.

Ca fait un but toutes les quatre minutes. C'est beaucoup. Pour ne pas dire trop : le résultat a officiellement été gelé et qu'une enquête a été ouverte. Il faut dire que ce match était pourtant important : avant la rencontre, en haut de classement, Arles est à égalité de points avec Martigues, pour la montée en Régional 1. Cette équipe est mieux classée affichant un meilleur goal-average, la différence de buts... sauf si Arles réalisait un exploit avec multitude de buts inscrits. Du genre 22 buts à 1. 

Loin du record du monde

De son côté, Arles se défend de tout match arrangé, évoquant une "odeur de cannabis" près des vestiaires, un entraîneur de 50 ans "qui dépannait" ou encore le fait que le gardien "n'avait même pas de gants". 

De son côté, le président de Septèmes réfute totalement les soupçons de match arrangé. Mais ses joueurs ne veulent plus rien savoir, apparemment à cause d'une prime non-versée. Affaire à suivre donc... Pour la petite anecdote dans la grande, c'est quand même ces derniers qui ont marqué le premier but de ce 22 - 1.

Reste que le record du monde du plus grand écart de but tient toujours : il s'agit d'un 149 à 0 réalisé à Madagascar en 2002. On peut donc marquer 1000 fois contre un club, mais pas... Enfin, vous connaissez la suite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.