On ne pouvait pas le rater, France info

Le train de nuit se réveille !

On peut réserver ses billets SNCF pour se rendre à Nice par les trains de nuit. Ils circuleront à partir du 16 avril. Et ça n'a pas échappé à Olivia Leray.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un wagon couchettes en 2017. Photo d\'illustration.
Un wagon couchettes en 2017. Photo d'illustration. (NICOLAS VALLAURI / MAXPPP)

"On ne pouvait pas le rater" sur de bon rails ce matin ! Parce que je vous vois vous moquer de Jean Castex : "Oui, il n'a rien annoncé... Il parle pour ne rien dire..." Eh bien si ! Il fallait aller sur son compte Twitter juste avant 18 heures, parce qu'il a posté ce message : "Mesdames, messieurs, éloignez vous de la bordure du quai, s'il vous plaît. L'intercité de nuit à destination de Nice-ville repartira dès avril prochain." Un tweet du Premier ministre sur le retour du train Paris-Nice by night qui comme son nom ne l'indique pas n'est pas une énorme teuf géante de la jet set pendant huit heures mais un train de nuit départ Paris 20h52 arrivée Nice 9h06 pour 29 euros en couchette.

Le combat d'une vie

Mais les honneurs ne reviennent pas à Jean Castex. Ce matin, je voudrais quand même rendre un immense hommage  à Jean-Baptiste Djebarri, ministre délégué aux Transports. En Juillet 2020, il annonçait sur franceinfo : Un train de nuit Paris-Nice et un Paris-Tarbes avant 2022.

Après des mois de travail acharné, tapi dans l'ombre de la crise, à l'abri des regards, il a mené sa propre guerre, il a cravaché, il a mené le combat de sa vie pour les trains de nuits. Avec ce tweet par exemple le 29 Janvier : "Derrière l’envie de train de nuit, il y a des baroudeurs et des romantiques. Il y a ceux qui partent à l’aventure et ceux qui rêvent d’Orient-Express." Avec ce tweet en Décembre 2020 : "Le train de nuit fait son retour comme Zinédine en 2005." Non, vraiment Jean-Baptiste Djebarri depuis quelques mois,  il est en mode comme ça :

On n'avait plus que deux lignes de trains de nuit. Grâce à Jean-Baptiste Djebarri et son combat, on en a désormais trois !

Un wagon couchettes en 2017. Photo d\'illustration.
Un wagon couchettes en 2017. Photo d'illustration. (NICOLAS VALLAURI / MAXPPP)