Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Un YouTube "libre" à la française

Des Français ambitieux veulent créer un concurrent de YouTube à base de logiciels libres et de peer-to-peer. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJérôme ColombainRadio France

Mis à jour le
publié le

Page d\'accueil du site PeerTube.
Page d'accueil du site PeerTube. (CAPTURE D'ÉCRAN PeerTube)

Un concurrent de YouTube à base de logiciels libres et de peer-to-peer est mis au point par des Français ambitieux : en France, si les géants du web manquent, les idées, elles, fleurissent. C'est sans compter la méfiance naturelle des Français pour l'influence des grandes plateformes américaines. C’est le cas de l’association Framasoft qui a déjà fait parler d’elle il y a quelques temps avec une campagne pour "dégoogliser Internet". Framasoft propose des logiciels libres alternatifs pour remplacer Gmail, Chrome ou Google Doc. Cette fois, ils veulent aller plus loin en lançant un service de partage vidéo alternatif pour se défaire de YouTube (qui appartient à Alphabet, maison-mère de Google, rappelons-le).

Un YouTube alternatif en peer-to-peer

YouTube héberge des millions et des millions de vidéos, ce qui correspond à des millions et des millions de gigaoctets stockés dans des centres de données à travers le monde. Pour financer tout cela, il faut une fortune comme celle d’Alphabet. Alors, ils ont eu une idée… ou plutôt, ils se sont rapprochés d’un Framasoft s’est rapproché d’un jeune développeur informatique, Florian allias @chocobozzz, qui a une idée : utiliser le peer-to-peer à travers un outil baptisé PeerTube. La technique du peer-to-peer, qui sert aussi à pirater les films et la musique, permet de partager – légalement – des fichiers informatiques en les découpant en petits morceaux répartis sur tous les ordinateurs des utilisateurs. Cela évite d’avoir à mettre en place de gros serveurs avec d’énormes connexions.

Utopie ou réalité ?

Le projet, baptisé FramaTube, est lancé. Objectif : sortir une version bêta en mars 2018. Pour cela, une souscription est organisée sur le site (Framatube.org). 15 000 euros ont déjà été collectés sur 90 000 espérés. FramaTube ne sera pas aussi perfectionné que YouTube, surtout au début. Le plus difficile sera également de concurrencer l’aspect social de YouTube qui bénéficie de l’effet multiplicateur du moteur de recherche Google. Du coup, ses promoteurs espèrent avant tout proposer FramaTube aux médias, aux associations ou aux universités.  

Page d\'accueil du site PeerTube.
Page d'accueil du site PeerTube. (CAPTURE D'ÉCRAN PeerTube)