Nouveau monde, France info

Nouveau monde. L’intelligence artificielle permet de réduire l’empreinte carbone des villes

Le groupe d’énergie Engie a présenté en début de semaine une librairie de logiciels dédiés à la transition zéro carbone.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une facture Engie, en décembre 2018.
Une facture Engie, en décembre 2018. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Le groupe  Engie a mis au point plusieurs solutions logicielles de gestion de l'énergie censées favoriser la transition zéro carbone.

franceinfo : En quoi la lutte contre le réchauffement climatique passe-t-elle par le logiciel ?

Stéphane Quéré, directeur des business innovants chez Engie : Nos clients, entreprises ou villes, souhaitent à la fois économiser l’énergie et avoir de l’énergie renouvelable. Pour économiser l’énergie, il faut analyser finement les consommations et trouver des astuces permettant d’arriver au résultat. Quant aux énergies renouvelables, qui sont intermittentes, il faut également beaucoup de technologie et beaucoup de logiciels pour assurer un service permanent.

En quoi consiste la solution de pilotage de la consommation d'énergie que vous avez déployée à l’Université de l’Ohio, aux États-Unis ?

Nous avons mis en place sur cet immense campus 12.000 capteurs qui nous aident à définir le profil des différents bâtiments (hôpital, salles de cours, logements). Cela permet de piloter les chauffages automatiquement grâce à un système apprenant, à base d’intelligence artificielle.

Nous avons ouvert ce système aux étudiants qui peuvent accéder aux données et développer des applications, par exemple, pour inciter à avoir les bons gestes pour économiser l'énergie, etc. En un an, cela a permis de réaliser 10% d'économie d'énergie.

S’agit-il de véritables innovations ou d’un simple "greenwashing" de la part d’Engie ?

Ce n'est pas du greenwashing, c'est du business. Cet exemple, et bien d’autres, correspondent à des contrats que nous avons gagnés parce que le logiciel apporte un plus aux clients. Aujourd'hui, l'énergie, c'est de la technologie.

Une facture Engie, en décembre 2018.
Une facture Engie, en décembre 2018. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)