Nouveau monde, France info

Nouveau monde. L’arrivée d’Apple tv+ marque le début d'un tremblement de terre audiovisuel

Depuis vendredi, les fans de séries et de films peuvent s’abonner à la nouvelle offrede vidéo à la demande Apple tv+. D’autres poids-lourds sont attendus pour l’année prochaine.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Présentation d\'Apple tv+ par Kim Cook le patron d\'Apple à Cupertino (Californie), le 25 mars 2019.
Présentation d'Apple tv+ par Kim Cook le patron d'Apple à Cupertino (Californie), le 25 mars 2019. (NOAH BERGER / AFP)

Apple tv+ débarque vendredi 1er novembre dans une centaine de pays, dont la France. Au programme : un catalogue encore limité de séries et de documentaires et quelques têtes d'affiche comme Jennifer Aniston, Steve Carell, Jason Momoa ou Steven Spielberg. Apple tv+ arrive avec un prix très agressif, 4,99 euros par mois pour six écrans, soit presque deux fois moins cher que Netflix. Autre levier pour gagner rapidement des abonnés : un an d’abonnement offert pour tout achat d’un appareil de la marque Apple. Comment regarder Apple tv+ ? Réponse : sur tous les appareils Apple (Apple TV, iPad, iPhone), certains téléviseurs connectés, n’importe quel ordinateur (via un navigateur Web) ou encore certains accessoires TV (Amazon Fire TV).

Tremblement de terre audiovisuel

L’arrivée d’Apple tv+ marque probablement le début d’un tremblement de terre audiovisuel. L'Américain est en tout cas le premier d’une vague de nouveaux entrants sur un marché de plus en plus encombré. En France, on compte déjà Netflix, Canal+ Séries, OCS, Amazon Prime et SFR Play, notamment. En 2020, outre Apple TV+, il y aura en plus Disney+, qui fait déjà trembler tout l’écosystème, probablement Peacock (NBC Univ) sans oublier le français Salto (TF1, M6, France Télévisions).

Tout cela pose de nombreuses questions. Y aura-t-il de la place pour tout le monde ? Y aura-t-il des morts ? Qui l’emportera ? Autant d’interrogations aujourd’hui sans réponse mais qui augurent d’une bataille sans pitié où les petits risquent de soufrir. Comment le Français Salto (TF1, M6, France Télévisions), notamment, tirera-t-il son épingle du jeu, avec des budgets infiniment moins importants que ceux des poids lourds américains (135 millions pour le lancement de Salto contre 15 milliards par an de production originale pour Netflix, six milliards chez Apple) ? Enfin, reste la question de la bonne vieille télévision  "de flux" dont l’avenir à long terme s’annonce compliqué.

Trop c'est trop ?

Quant au spectateur, il risque lui aussi d’être un peu déboussolé par cette offre pléthorique de contenus. Trop c’est trop ? Chaque abonnement coûtant entre six et 12 euros par mois, il parait difficile de pouvoir accéder à tous les catalogues. Les amateurs de séries devront faire des choix ou bien jouer sur les offres sans engagements qui permettent de zapper d’une plateforme à une autre. C’est ainsi que la série Game of Thrones avait permis à OCS (partenaire de HBO) d’engranger un surcroît d’abonnés mais dont une partie s’est désabonnée après la fin de la série, en mai dernier.

Présentation d\'Apple tv+ par Kim Cook le patron d\'Apple à Cupertino (Californie), le 25 mars 2019.
Présentation d'Apple tv+ par Kim Cook le patron d'Apple à Cupertino (Californie), le 25 mars 2019. (NOAH BERGER / AFP)