Nouveau monde, France info

Noël high-tech : quel smartphone choisir ?

iPhone, Android, Windows Phone… Un téléphone mobile sur deux vendu cette année est un smartphone, c'est-à-dire un appareil pour téléphoner mais également surfer sur Internet, écouter de la musique, regarder des vidéos et bien d'autres choses encore. Comment s’y retrouver dans la jungle des joujoux mobiles ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

L'iPhone, pionnier indétrônable

Premier arrivé sur le marché des smartphones à écran tactile,
l'iPhone reste un produit emblématique. Il demeure le plus abouti et le plus facile
à utiliser. Le dernier modèle, l’iPhone 4S, équipé de la reconnaissance vocale
Siri, s’annonce comme un nouveau best-seller, selon les opérateurs.

Windows Phone : Microsoft en robe de soirée

Moins intuitif mais redoutablement élégant, le système de
Microsoft Windows Phone est arrivé plus tardivement. On le trouve aujourd’hui
sur plusieurs smartphones dont le HTC Titan ou le stylé Nokia Lumia 800. C’est
l’outil idéal des utilisateurs habituels de Windows et de l’écosystème
Microsoft puisque l’on y retrouve toutes les applications phares telles qu'Office, Windows Live, Skydrive, etc.

Android, le futur système dominant

Enfin, face à l’iPhone et Windows Phone, le rouleau
compresseur Android continue d’étendre son empire. Des téléphones plus "geeks",
moins conviviaux, mais bourrés de services et de centaines de milliers d’applications
dont beaucoup tournent autour de la galaxie Google. Parmi les terminaux haut de
gamme sous Android, citons : le Samsung Galaxy S2 ou son grand frère, l’original
Galaxy Note de la taille d’un bloc note avec un stylet.

Les challengers

Les inconditionnels du clavier à touches s’orienteront vers Blackberry.
Quant aux autres systèmes plus exotiques, comme Bada ou Web OS, ils sont aujourd’hui
clairement en retrait dans les pays occidentaux.

A chacun sa tribu  

Choisir un smartphone, c'est un peu choisir sa tribu. En
optant pour un système, on sera tenté par la suite d’acheter une tablette avec le
même logiciel sans oublier l’importance grandissante du "nuage"
informatique qui va peu à peu emprisonner nos données personnelles dans des écosystèmes
plus ou moins propriétaires dont il sera de plus en plus difficile de s’extraire.

(©)