Cet article date de plus de huit ans.

La santé toujours plus connectée

Après la technologie qui surveille notre forme physique, voici de nouveaux équipements connectés encore plus évolués.
Article rédigé par Jérôme Colombain
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
  (photo d'illustration - Bluetens)

On a testé le kiné connecté

N’allez pas imaginer un grand robot musclé toujours prêt à vous masser sur commande (cela arrivera peut-être un jour, beaucoup en rêvent). Non, il s’agit là d’électrothérapie connectée. L’électrothérapie consiste à envoyer sur le corps (dos, épaules, bras... nombreuses zones possibles) des courants électriques de faible intensité, comparables aux courants générés naturellement par notre organisme. Cela ne prétend pas soigner mais détendre et surtout lutter contre la douleur. Déjà, sous l'Empire romain, on utilisait les décharges électriques du poisson torpille pour traiter la migraine ou la goutte. Ce système, baptisée Bluetens, qui coûte environ 150 Euros, se compose de quatre électrodes, qui se collent sur la peau, reliées à un petit boitier lui-même connecté en Bluetooth à votre smartphone. Malgré un petit côté gadget, on constate un effet apaisant à condition de suivre une pratique régulière, ce qui est quand même contraignant (une à deux séances par jour, suivant le type de soins souhaités). Mieux vaut se faire aider pour placer les électrodes dans le dos. L’électrothérapie n’est pas une nouveauté. Il existe déjà de nombreux appareils sur le marché. La nouveauté, ici, c’est l’aspect connecté qui propose différents programmes et assure un suivi sur le smartphone.

Le bracelet anti-dépression

Vous connaissez les bracelets et les montres connectées qui comptent le nombre de pas que l’on fait chaque jour, qui mesurent les calories brûlées et qui nous bipent lorsqu’il est temps de se lever pour se dégourdir les jambes ? Une startup française va plus loin et développe MyndBlue, un bracelet censé détecter les signes avant-coureurs d’une rechute de depression. L’appareil, que l’on porte au poignet, est équipé de capteurs qui enregistrent des données comme le rythme cardiaque, la tension ou encore la température du corps et l’acidité de la peau. Ensuite, un programme d’intelligence artificielle est censé repérer les symptômes de la dépression et prévenir à la fois le patient et le médecin suffisamment tôt. Ce produit n’est pas encore disponible. A noter qu’il sera réservé aux patients en cours de traitement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.