Cet article date de plus de dix ans.

La bataille du "nuage" commence

écouter
Le lancement de l'offre "cloud" de Google, baptisée Drive, marque le début des choses sérieuses entre les prestataires pour tenter de séduire les futurs utilisateurs de "nuage" que nous sommes tous.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

On appelle ça le nuage, le cloud. Le terme est tellement poétique que l'on imagine mal les gigantesques centres serveurs qui se cachent derrière - dont certains, selon Greenpeace, fonctionneraient même encore à base d'électricité "sale" au charbon. On préfère ne pas penser non plus aux questions qui fâchent comme de savoir à qui appartiennent juridiquement les données stockées dans le cloud. Ne jouons pas les Français râleurs qui commencent toujours par voir le côté négatif des innovations avant de s'intéresser au côté positif…

Le nuage dans sa version poético-utile est marqué ces jours-ci par l'arrivée de nouvelles offres. 

La concurrence fera bientôt rage

Le premier, c'est Google qui vient de dévoiler son très attendu Google Drive, un service de cloud grand public qui permet de stocker gratuitement jusqu'à 5 gigasoctets de données. Drive vise en priorité les utilisateurs habituels des services Google qui trouveront là un moyen simple pour partager leurs documents (textes, tableaux, photos, etc…). Les utilisateurs tentés par le cloud vont donc devoir comparer.Face à Google, Microsoft Skydrive était jusqu'à présent très généreux avec 25 gigas gratuits mais il vient de réduire la voilure à seulement 7 gigas dans sa formule de base tandis qu'Apple est dans la moyenne avec 5 gigas gratuits. Ces grands noms du Web entendent concurrencer les "pure player" du nuage tels que Dropbox et ses 2 gigas gratuits ou l'autre américain Box et ses 5 gigas. Le plus généreux restant le français Hubic avec 25 gigas mais pour moins de services associés. 

A quoi sert le cloud ? 

D'abord, à stocker et partager ses petites affaires numériques pour en profiter à toute heure et en tout lieu. Ensuite, à les protéger contre une éventuelle destruction en cas de panne d'ordinateur, d'incendie ou de ras de marée... Derrière ces offres d'appels gratuites se cachent les formules payantes pour de plus grosses quantités de données. Selon un comparatif établi par ZDnet, Google et Microsoft se révèlent les moins chers contre Apple et Dropbox qui sont les plus onéreux. 

L'enjeu de cette "bataille du cloud" est de prendre pied sur un marché plein d'avenir où le premier arrivé sera quasiment assuré de garder le plus longtemps ses abonnés, un peu comme on conserve par habitude son abonnement Internet ou son forfait téléphonique.

Les principales offres gratuites de "cloud"
Google Drive : 5 Go
Microsoft Skydrive : 7 Go
Apple iCloud : 5 Go
Dropbox : 2 Go
Box : 5 Go
Hubic : 25 Go

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.