Mon info, France info

Mais où est donc le corps du crooner mexicain José José ?

C’est au Mexique que ça se passe. Un pays en deuil, après l’annonce du décès de l’une des stars de la chanson mexicaine, le crooner José José.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La famille du chanteur José José donne une conférence de presse.
La famille du chanteur José José donne une conférence de presse. (EVA MARIE UZCATEGUI / AFP)

Le Prince de la chanson mexicaine. José José, c’est 100 millions de disques vendus, une star dans toute l’Amérique du Sud. Il est décédé à l’âge de 71 ans, dans un hôpital de Miami. Cela faisait plusieurs années qu’il vivait en Floride, avec sa plus jeune fille.

Dès l’annonce de son décès, ses deux ainés, José Joel, son fils, et Marysol, sa première fille, ont quitté Mexico pour venir au plus vite à Miami. Mais quand ils sont arrivés au funérarium, en Floride, pour voir la dépouille de leur père… Le corps de José José disparu. Envolé. Volatilisé. Les deux aînés lancent un appel au ministre des affaires étrangères mexicain. Pour les aider à retrouver leur père. Pas d’acte de décès, aucune information dans les hôpitaux, ni à la police. Rien. Ils ne savent même pas si leur père est vraiment mort. Et pas de nouvelles non plus de la sœur cadette, Sarita, qui vivait avec lui.

Il faut dire que Sarita est leur demi-sœur, née du deuxième mariage du chanteur. Et que ce n’est pas l’amour fou entre frères et sœurs. Et c’est à elle, sa plus jeune fille, que José José a tout légué. Tous les droits sur son œuvre. Et Sarita a fini par réagir, en invoquant la loi américaine, qui empêcherait tout le monde de voir le corps. Et elle a promis au peuple mexicain de rapatrier très bientôt son corps chez lui. A moins que José José ne réapparaisse par enchantement. Imaginez donc si en plus de toutes les querelles, le corps de notre Johnny national avait disparu. C’est un peu ce qui se passe avec José José.

La famille du chanteur José José donne une conférence de presse.
La famille du chanteur José José donne une conférence de presse. (EVA MARIE UZCATEGUI / AFP)