Cet article date de plus de dix ans.

Partir au Canada pour étudier, faire un stage ou travailler

écouter (7min)
Le Canada attire beaucoup de candidats à l’expatriation mais aussi de jeunes diplômés et des étudiants. Mais est-ce si facile de partir étudier au Canada ? Pour en parler Sandrine Chesnel du magazine l'Etudiant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La facilité des études dépend de plusieurs critères. Si on part seul, par exemple après son bac, ou après un premier diplôme universitaire ou, pour les jeunes déjà engagés dans les études, dans le cadre d’un partenariat.

Il y a plus de 400 accords de partenariats entre les universités canadiennes et les établissements français (écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, universités.) Dans la cadre d'un accord, le séjour est encadré, l’étudiant bénéficie d’un encadrement bien identifié, d’une assistance pour les démarches administratives, de part de son établissement d’origine et de celui d’accueil, c’est très confortable.

Pour ceux qui souhaitent partir hors partenariat, c’est un peu plus compliqué. Il faut avant tout se renseigner sur le site d’Immigration Canada, incontournable, rubrique Etudier.

Le Canada est le 2e plus grand pays au monde, et possède 90 universités, mais pas de grandes écoles comme en France, c’est une grande différence. La voix de l’excellence au Canada, c’est l’Université. Une université qui sélectionne ses étudiants, contrairement à ce que se fait en France.

Au Canada, il y a des universités anglophones, francophones, et bilingues. Cela peut permettre aux étudiants qui le souhaitent de vivre en français et d’étudier en anglais. Mais l’inverse est aussi possible. Il y a 13 universités francophones qui sont installées dans différentes provinces canadiennes hors Québec, notamment en Ontario, au Manitoba, en Alberta.

Site internet de l’association des universités de la francophonie canadienne.

Du côté du budget, les études ne coûtent pas beaucoup plus cher qu’en région parisienne, parce que le logement y est plutôt moins cher que dans les grandes villes françaises.
Gros avantage : un accord entre le France et le Québec prévoit que les étudiants français paient le même tarif que les québécois, soit environ 1.700 euros l’année d’études.
Au Canada hors Québec, il est difficile de donner une moyenne, la vie n’a pas le même coût dans toutes les provinces. En moyenne en 2010 ces frais s’élevaient à 5.138 dollars canadiens, soit 3.600 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.