Modes de vie, France info

Les produits pour enrayer la chute des cheveux sont-ils efficaces ?

Que ne ferait-on pas pour conserver une belle chevelure abondante, synonyme de jeunesse et de bonne santé ? Les fabricants de produits antichute le savent bien, et nous font miroiter des effets faramineux. Mais faut-il croire à leurs belles promesses ? Le point avec Jean-Paul Geai, de Que Choisir.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

La chute des cheveux a plusieurs causes. L'alopécie androgénique est la plus courante et regroupe les deux principaux coupables de l'apparition de la chute des cheveux : les androgènes, c'est-à-dire les hormones mâles, et la génétique. La calvitie guette davantage ceux dont les ancêtres étaient chauves. Cette alopécie apparaît fréquemment chez les hommes avec l'âge, mais elle existe aussi chez les femmes.

A côté, il y a aussi les chutes de cheveux saisonnières, en particulier pendant les quelques semaines à cheval sur la fin de l'été et le début de l'automne, mais aussi au printemps.

Des causes médicales

Certains traitements médicaux, comme la chimiothérapie pour les malades d'un cancer, est parmi les causes les plus connues. Mais il y a aussi les chutes réactionnelles, après un accouchement par exemple, ou encore l'arrêt de la pilule. Un choc émotionnel, une forte fièvre, une intervention chirurgicale peuvent aussi causer une chute de cheveux.
Un problème de thyroïde, une carence en certains minéraux, comme le fer, ou en vitamines, comme la vitamine B, peuvent également entraîner une chute de cheveux.

Comment réagir ?

Il est normal de perdre une centaine de cheveux par jour. Quelques cheveux le matin dans le lavabo, c'est normal. C'est quand on constate qu'on perd ses cheveux par poignées, qu'il y en a plein le matin sur son oreiller ou plus que d'habitude sur ses vêtements, qu'on peut commencer à s'inquiéter et à modifier certaines de ses habitudes.

La chute des cheveux est une des nombreuses raisons qui devraient inciter à l'arrêt du tabac. Il faut également se protéger la tête quand on s'expose au soleil et ne pas trop maltraiter ses cheveux. La chaleur trop forte d'un sèche-cheveux approché trop près de la tête n'est pas recommandée. Des permanentes et autres colorations/décolorations trop fréquentes ne sont pas bonnes non plus.

Des solutions

Il y aurait quatre solutions possibles : les shampoings, les compléments alimentaires, les lotions et les médicaments. Mais toutes n'ont pas la même efficacité.

Les shampoings ne sont pas vraiment efficaces. Il est impossible qu'un simple shampoing ait un effet antichute. Le temps de contact avec les cheveux n'est pas suffisant pour que les ingrédients puissent agir efficacement. Tout au plus, le shampoing va donner davantage de volume à la chevelure, donnant l'impression qu'elle est moins clairsemée.

Les compléments alimentaires n'ont pas une efficacité prouvée. Aujourd'hui, aucun complément alimentaire ne peut prétendre avoir des effets sur la santé sans l'aval de l'autorité sanitaire. Or, l'agence n'a autorisé aucun fabricant de compléments alimentaires à prétendre enrayer la chute des cheveux. Ceux qui prétendent à leur efficacité, car riches en vitamine B8, en cystine, en sélénium, en zinc... n'ont jamais apporté la preuve scientifique de leurs allégations. Au mieux, ils peuvent dire que leur produit "contribue au maintien de cheveux normaux".

Que Choisir a analysé 14 lotions . Ils ont demandé aux fabricants de ces différentes lotions de communiquer les études scientifiques prouvant l'efficacité de leurs produits. Ils les ont ensuite analysées pour constater que bien peu de ces études avaient été menées avec sérieux et rigueur scientifique. Peu d'essais ont été faits contre placebo, ou alors le nombre est tellement faible qu'il est impossible d'en tirer des conclusions fiables sur l'efficacité de la lotion en question. Et que dire du prix de ces lotions. Certains traitements coûtent jusqu'à 260 € pour trois mois de traitement, durée recommandée.
Sur les 14 analysées, seuls deux semblent avoir un léger effet, pour un coût de 40 à 80 € sur trois mois, sachant que dès qu'on arrête le traitement, les effets cessent.

Un médicament , le finastéride peut être prescrit, mais il est réservé aux hommes. Il n'est pas en vente libre, seul un médecin peut estimer s'il sera adapté à tel ou tel cas et ses effets secondaires ne sont pas anodins... Autre médicament possible, le minoxidil. Son efficacité est prouvée pour freiner la chute des cheveux, voire engendrer une légère repousse, mais il faut le prendre toute sa vie.

(©)