Cet article date de plus de dix ans.

La viande bovine

écouter
Hausse des charges, envolée du cours des céréales, désaffection des consommateurs pour la viande rouge, pression sur les prix de la grande distribution... la filière bovine est au bord du gouffre. Quelles seraient les conséquences pour les consommateurs si l’élevage français venait à disparaître ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Tout d’abord notre indépendance alimentaire serait mise à
mal et l’arrivée dans nos assiettes de viandes venues d’ailleurs serait
inéluctable. Elles proviendraient sans doute de 
pays où la réglementation sanitaire est moins stricte, les activateurs
de croissance autorisés, et l’élevage intensif d’animaux parqués dans des
espaces restreints et nourris exclusivement de granulés ("feed
lots"), explique Florence Humbert du magine Que Choisir.

L’autre point noir serait d’ordre environnemental. Avec 11
millions d’hectares enherbés (20 % de la surface totale du territoire),
l’élevage est implanté dans des zones fragiles (Massif central, Limousin, Pays
de Loire, Bourgogne…). Dans ces régions, il contribue largement à l’entretien de l’espace rural et à l’aménagement
du territoire. En son absence, la friche prendrait le dessus. Et c’est toute
une partie de notre territoire qui deviendrait un désert.

Le Logo VBF (Viande Bovine Française) certifie que le viande
est issue d’un bovin, né, élevé et abattu dans l’hexagone. Mais cela ne veut pas dire que la qualité de la viande est forcément au rendez-vous.

Derrière ce logo, on peut trouver
aussi bien de la vache laitière de réforme, que des vaches de races à viande
telle que la charolaise , blonde d’aquitaine et autres limousines .

Il existe tout de même des labels officiels de qualité,
auxquels on peut faire confiance ?

Les Labels Rouges, (14 au total) sont censés garantir une
supériorité organoleptique. Mais dans l’ensemble, ils ne placent pas la barre
assez haute. Dommage, par exemple, que seuls le bœuf fermier du Maine et le
bœuf fermier de Vendée garantissent une alimentation sans OGM. Pour leur part,
les 4 AOC (bœuf gras de Charolles , Fin gras du Mézenc ,…) et les 8 IGP (bœuf de
Bazas, de Chalosse, de Vendée
, …) de la filière bovine impliquent un lien plus
ou moins étroit entre le produit, le terroir, et le savoir-faire des
éleveurs. Enfin, la viande bovine
biologique est en progression. Mais si le logo AB  apporte des garanties sérieuses, sur le mode
d’élevage (pas d’OGM dans l’aliment, respect du bien-être animal) il n’entraîne
pas forcément une amélioration de la qualité de la viande. Dommage ! En
fait, le moyen le plus sûr de manger de la viande goûteuse et tendre, c’est de
trouver un bon boucher. Ce qui n’est pas toujours évident par les temps qui
courent.

On croit manger du "bœuf", mais la plupart du temps c’est de la vache qu’on
nous vend. Pourquoi le bœuf est-il si rare sur les étals ?

Les mâles des races françaises sont des animaux lourds
parviennent à maturité bien plus tard que les vaches et demandent plusieurs
années d’élevage. Ce n’est pas rentable pour la filière qui n’a d’autres choix
que d’exporter vers l’Italie, la Grèce,
la Turquie  et l’Allemagne ses broutards
et ses taurillons, dont la viande rose pâle et peu goûteuse est peu appréciée
des Français qui aiment une viande plus
mature et plus rouge.

Depuis l’épidémie de la vache folle, la  viande bovine est sur la sellette. Sa
surconsommation provoquerait de gros problèmes de santé  (maladies cardiovasculaires, cancers,
surcharge pondérale, diabète, etc.).  Ces
craintes sont-elles justifiées ?

Il existe effectivement des seuils qu’il ne faut
probablement pas dépasser (pas plus de 500
g de viande rouge 
hebdomadaire). Mais on en est loin (selon les études du ministère de la
Santé et du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) **** , nous consommons en moyenne 390 g de viande de boucherie par
semaine, dont 217 g
de bœuf).  De fait, la viande a toute sa
place dans l’équilibre alimentaire, comme le rappelle le PNA (Programme
National de l’Alimentation). A condition bien entendu de ne pas en abuser.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.