Modes de vie, France info

Apprivoiser la lenteur pour gagner du temps

Un sondage récent montre que 64% des français ont le sentiment d'avoir un rythme de vie trop rapide. Nous vivons à l'ère de la vitesse et de l'immédiateté. TGV, ADSL, 4G, Fast food, speed dating, l'accélération se produit dans tous les domaines de notre vie et nous oblige à adopter un tempo plus rapide qui n'est pas toujours en phase avec notre physiologie. Tour d'horizon des slows mouvement avec la sophrologue Carole Serrat.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Plus on cherche à gagner du temps et plus on a l'impression d'en manquer et de courir après. Cette course effrénée devient un véritable facteur de stress qui peut parfois conduire au burn out. Il devient donc vital de trouver un autre rythme plus adapté à notre bien être et à celui de la planète. C'est en partant de ce postulat que la vague du slow living est née.

Le concept du slow

Carl Honoré, auteur de L'éloge de la lenteu r explique que "dans une société obsédée par le culte de la vitesse et de la performance, le slow permet d'améliorer notre créativité, de prendre le temps de faire les choses avec plaisir, de se poser de vraies questions et donc de donner un sens profond à notre vie. " Le concept du slow permettrait également de tendre vers une société plus solidaire.

La réflexion sur la lenteur ne date pas d'hier, mais l'émergence du slow food en Italie, en réaction aux fast-foods, il y a une quinzaine d'années, a médiatisé le phénomène. Il prône un principe selon lequel tout ce que nous mangeons devrait être cultivé, cuisiné et consommé paisiblement et en respectant la bio diversité et la culture locale.

Le Cittaslow

Le phénomène s'est développé à travers le réseau Cittaslow qui est également né en Italie. Cittaslow réunit de petites villes qui privilégient un développement plus respectueux des rythmes de vie de ses habitants, et donc une meilleure qualité de vie. Plus de 80 municipalités italiennes ont signé la charte Cittaslow et on en dénombre aujourd'hui 160 répartis dans 25 pays.

En France, cinq villes ont récemment adhéré, Segonzac (Charente), La Bastide d'Armagnac (Landes), Mirande (Gers), Créon et Blanquefort (Gironde). L'office de tourisme de Mirande propose désormais des séjours Cittaslow de quatre jours avec des repas à base de produits du terroir, issus de producteurs bio locaux.

D'autres mouvements slow

La tendance est en plein essor, et par conséquent il existe plusieurs mouvements.

L'organisation Slow Money Alliance a été crée en réaction aux mouvements financiers de plus en plus rapides et dévastateurs. Le but de cette organisation est de réunir des capitaux pour investir dans de petites entreprises alimentaires ou des entreprises qui respectent une charte sociale, mais aussi de trouver des systèmes de financements durables.

Le slow tourisme se développe en réaction aux voyages organisés et minutés, le but est de s'immerger dans un milieu et de prendre le temps d'aller à la rencontre de la population.

Le dénominateur commun de ces approches est clair : prendre le temps. Le temps de faire, de vivre et de regarder autour de soi. Qui vit "slow" voit la vie sous un autre angle et accorde de la valeur aux petites choses de la vie.

Le manque d'organisation

Le manque de temps vient également d'un manque d'organisation et de perspectives, de vision globale de notre vie. Faites du temps votre allié en donnant la priorité à vos priorités et en inscrivant vos objectifs dans votre perspective.

Posez vous les bonnes questions : quelles sont les actions les plus importantes à accomplir, quelles sont les ressources nécessaires pour y parvenir, ou encore qu'est ce que je vais pouvoir déléguer ?

Les listes sont idéales pour aller à l'essentiel et ne rien oublier. Ce sont des balises qui sécurisent nos objectifs, et puis ce qui est écrit est ancré.

(©)