Cet article date de plus de huit ans.

Acheter une résidence secondaire

écouter (7min)
En ces périodes de vacances, on se prend facilement à rêver d'acheter une résidence secondaire dans la région où l'on vient séjourner. Cela fait un point de chute pour accueillir les enfants, plus tard les petits-enfants, et pourquoi pas, ensuite, pour la retraite. Quel est le marché des résidences secondaires, combien ça coûte, quels en sont les inconvénients ? Le point avec Jean-Michel Gguérin, Directeur Général du groupe de Particulier à Particulier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Une résidence secondaire, au sens économique du terme, c'est
un logement occupé temporairement par le propriétaire ou par son locataire à
des fins de loisirs. La moyenne s'établit à 44 jours d'occupation par an. Bon
nombre de résidences secondaires, 35 % exactement, sont en fait des
appartements situés dans des immeubles, notamment au bord de la mer.

Les résidences secondaires en France

Il y a plus de trois millions de résidences secondaires pour
27 millions de résidences principales
. On estime la construction à 15.000
unités par an, environ. Mais, on note une baisse du marché dû aux
problèmes de solvabilité, déjà présents pour les résidences principales, et à un
moindre attrait des étrangers dont beaucoup ont revendu ces toutes dernières
années.

Les étrangers détiennent 250.000 à 300.000 résidences
secondaires, soit environ 10 %, mais les étrangers peuvent représenter jusqu'à  20% des propriétaires de résidences
secondaires dans certaines régions (arrière-pays varois, Poitou-Charentes et
Périgord, notamment). Ce sont les anglais qui représentent le plus gros
contingent (28%).

Le coût d'une résidence secondaire

Le coût d'achat est facile à déterminer puisqu'il dépend du
marché local. C'est donc plus cher au bord de la mer et moins cher dans les
zones rurales, encore que justement l'achat par les étrangers a longtemps
maintenu, dans ces zones, un niveau assez élevé des prix. La desserte en
transport a une influence sur les prix, notamment la desserte par les
compagnies d'aviation low cost en provenance d'Angleterre ou d'Irlande.

Il ne faut pas négliger les dépenses d'entretien. Il faut,
par exemple, entretenir le jardin ou payer les services d'un jardinier. Sans
oublier les abonnements, électricité, énergie, téléphone qui courent
toute l'année. Enfin, il faudra compter avec les réparations. Souvent, une
maison inoccupée coûte plus cher en entretien qu'une maison habitée toute
l'année. Au final, le coût de fonctionnement d'une résidence secondaire est de
l'ordre de 2 à 3% du prix de la maison par an.

Bénéficier d'aides

Il n'y a aucune mesure particulière et la fiscalité est donc
beaucoup moins avantageuse que celle de la résidence principale. Donc,  pas de réduction d'impôts, pas de décote de
20% sur la valeur du logement pour le calcul de l'impôt sur la fortune, non
plus. Quant à l'impôt sur la plus-value, il va être à nouveau réformé en 2014
et on pourra peut-être appliquer un abattement exceptionnel en cas de revente d'une
résidence secondaire.

Pour toutes ces raisons, certains sont tentés de prétendre
auprès de l'administration fiscale, qu'il s'agit désormais de leur résidence
principale, mais souvenons-nous que l'administration fiscale a de nombreux
moyens de recoupement. Votre résidence principale, au regard de la loi, est
celle dans laquelle vous regroupez l'ensemble de vos intérêts familiaux et
professionnels.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.