Portugal : après la dissolution du Parlement, des législatives anticipées le 30 janvier 2022

écouter (5min)

Au Portugal, après la dissolution du parlement jeudi 4 novembre, les élécteurs sont donc appelés aux urnes le 30 janvier prochain pour des législatives anticipées. C'est le troisième scrutin en un an.

Article rédigé par
José-Manuel Lamarque - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa s'adresse à son pays le 4 novembre 2021 pour annoncer la dissolution du Parlement et convoquer des élections anticipées pour janvier 2022.  (PEDRO FIUZA / NURPHOTO / AFP)

Le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa a convoqué les électeurs portugais à des élections législatives anticipées pour la fin janvier 2022.

En effet, le pays était dans une impasse politique par la rupture entre le gouvernement socialiste d'Antonio Costa, le premier ministre socialiste, et ses anciens alliés de la gauche radicale, soit le bloc de gauche de Catarina Martins et le parti communiste portugais de Jeronimo de Sousa. Le motif étant le rejet du budget, ce qui a "totalement réduit la base de soutien du gouvernement", comme la précisé le président de la République. Et lors des prochaines élections législatives de janvier 2022, la question du budget réapparaîtra, comme l’a indiqué notre invitée, la journaliste portugaise Ana Navarro Pedro.

Une vaccination décisive et totale  

Aujourd’hui, plus de 85% des Portugais sont vaccinés, grâce à l’intervention d’un vice-amiral, Henrique Gouveia e Melo, qui a mené "tambour battant" la campagne de vaccination, telle une opération militaire. Adjoint au service de planification de l’État-major des armées, et spécialiste des communications militaires, vêtu d’une tenue de combat, le vice-amiral a été à la tête d’une "task force" qui a couvert le pays de centres de vaccination. Il était accompagné de militaires, médecins, stratèges et mathématiciens, afin de mener la campagne de vaccination. Pour plus de 10 millions d’habitants au Portugal, la situation du Covid-19 est de 1094 infectées et 18 184 décès, chiffres de Worldometers.

Quid des prochaines élections ? 

Après la décision du président de la République d’annoncer les prochaines élections législatives en janvier prochain, afin que le Portugal puisse vivre sereinement les fêtes de fin d’année, on peut dire que l’attitude de la gauche portugaise a été suicidaire.

Après une campagne vaccinale qui a été un succès, une levée des restrictions qui a amené un souffle d’oxygène dans la population et une croissance économique soutenue à 5,5%, il s’agira pour le Portugal d’un troisième scrutin national en l’espace d’un an. 2022 pour Marcelo Rebelo de Sousa, sera "une année décisive pour la sortie durable de la pandémie et de la crise sociale qui nous a frappés".

Aujourd’hui, la situation au Portugal fait que le gouvernement socialiste d’Antonio Costa, qui était soutenu par une coalition de gauche au Parlement et que celle-ci a explosé, provoquant ainsi la dissolution de l’assemblée parlementaire, le parti d’Antonio Costa reste bien placé dans les sondages, parti qui n’a de socialiste que le nom, car il serait plutôt de centre gauche. Mais, les partis de droite ont eux aussi des chances de remporter le scrutin à venir. Il s’agit du parti socialiste démocratique, pourtant de droite, de Rui Rio et le parti populaire de Francisco Rodrigues dos Santos, un parti représentant "l’élite" portugaise, nostalgique du salazarisme, sans oublier le parti nationaliste Chega, de André Ventura, qui pourrait faire la différence, c’est pourquoi les deux autres partis de droite doivent compter avec.

Il n’en reste pas moins que si le parti socialiste de Antonio Costa remporte les prochaines législatives, difficile pour lui de compter sur ses anciens alliés au parlement qui ont fait "tomber" son gouvernement. Ainsi tous les pronostics sont ouverts pour les 12 prochaines semaines à venir. Ce qui laisse aux Portugais le temps de préparer les fêtes à venir.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.