Micro européen. Ces dates méconnues ou oubliées de la construction européenne : le 1er mai 2004, dix pays rejoignent l'Union européenne

écouter (5min)

Dans "Micro Européen", José-Manuel Lamarque et son invité, Jean-Dominique Giuliani, nous font découvrir ou redécouvrir ces dates méconnues ou oubliées de la construction européenne. Zoom sur le 1er mai 2004. 

Article rédigé par
José-Manuel Lamarque - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La photo de famille des dirigeants de l'union européenne lors d'un sommet européen le 18 juin 2004.
 (HO/AFP)

Aujourd’hui, dans "Micro Européen", retour sur une grande date de l'Union européenne. Le 1er mai 2004, dix pays rejoignent l’Union européenne : Chypre, la Hongrie, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, la République tchèque et Malte. De ces dix pays, sept sont d’anciens États du bloc soviétique, la Slovénie de l’ancienne Yougoslavie, Malte ayant toujours été dans l’orbite de l’Ouest et Chypre, dont la question de la partition est toujours un sujet brûlant.

Ce grand élargissement est un acte unique aux conséquences multiples pour l’avenir de l’UE. Pour notre invité Jean-Dominique Giuliani, le président de la Fondation Schuman, "c’est la réunification du continent européen que la conférence de Yalta avait divisé, et surtout la fin de la guerre froide". 

La question chypriote

Le 1er mai 2004, c’est l’ensemble de l’île de Chypre qui a rejoint l’UE, sauf que cette île est toujours partagée en deux zones bien distinctes. Au sud, la République de Chypre reconnue par la communauté internationale, État démocratique, et au nord, la République turque de Chypre du Nord, seulement reconnue et financée par Ankara. Depuis la guerre de 1974, l’île est coupée en deux parties, la capitale Nicosie est traversée par la ligne verte, partageant l’île et contrôlée par les Nations Unies.

Enfin, la République de Chypre possède sur son territoire deux bases militaires britanniques souveraines. Ainsi, seule la République de Chypre est devenue membre de l’Union européenne. Les négociations et tentatives de rapprochement des deux parties ont échoué en 2017, sans oublier la tentative de relance de pourparlers de l’ONU en avril dernier échouant aussi.

Depuis le 20 juillet dernier, la position du Président Erdogan a été très claire, Chypre ne s’agissant pour lui qu’une solution à deux États, accusant au passage la République de Chypre et l’Union européenne  de mensonges et de blocage. Pour Erdogan, il ne peut s’agir que de deux États, deux peuples, et bien évidemment la reconnaissance de la souveraineté de la République turque de Chypre du nord, qui n’est pas reconnue par la communauté internationale. Nicosie est la dernière capitale au monde à être divisée en deux parties.   

Les anciens États du bloc de l’Est

Pour les sept États de l’ancien bloc de l’Est, l’entrée dans l’Union européenne symbolisait aussi la fin de la guerre froide. Mais chronologiquement, il faut noter que leur arrivée a ignoré leur réalité politique nationale. En fait, depuis 1939, soit le début de la Seconde Guerre mondiale, ces sept États ont connu l’occupation nazie, avec pour certains une politique collaborationniste, puis libérés par l’Armée Rouge, une annexion dans la zone soviétique pour 45 ans. Ainsi, la démocratie et l’identité nationale retrouvées dès les années 90 leur ont permis de s’atteler à leur demande d’adhésion à l’Union européenne, en passant par l’inclusion de l’acquis communautaire.

Mais, il ne faut pas occulter que cette liberté retrouvée, trouve sa jonction avec un passé "indépendant" qui a cessé en 1939.

La Slovénie

L’entrée de la Slovénie est un cas spécifique pour cette ancienne république yougoslave. L’une des plus petites géographiquement, mais très riche et très dynamique durant la Yougoslavie de Tito. Slave par sa langue mais éloignée du Croate et du Serbe, la Slovénie a toujours été une république différente de l’ancienne Yougoslavie. Elle a su développer une industrie très bien gérée, tout comme son tourisme. Enfin, elle a été la république la moins touchée durant les guerres de Yougoslavie des années 90, ce qui a dû lui permettre de travailler son adhésion à l’UE.

Malte

Quant à cet archipel historique dans l’histoire de l’Europe, connu grâce aux Chevaliers de l’Ordre de Saint Jean, son histoire remonte à 4000 ans avant JC. Zone d’influence de l’Empire britannique depuis 1800, elle obtint son indépendance le 21 septembre 1964 et devint une république le 13 décembre 1974. Elle est pour l’instant le plus petit État membre de l’UE avec 316 km².

Ainsi, l’entrée de ces dix États dans l’UE le 1er mai 2004 fut un événement unique dans l’histoire européenne, mais l’actualité nous montre que pour un certain nombre d’entre eux, leur actualité ne correspond pas vraiment à la politique de la Commission européenne. C’est pourquoi la devise de l’UE "unis dans la diversité", ne prend pas vraiment tout son sens de nos jours. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Micro européen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.