Cet article date de plus de huit ans.

Du Vel D'hiv à Paris-Bercy

Les lieux du stade, aujourd'hui visitent un lieu sportif du siècle dernier: Le Vel D'hiv. Le Vélodrome d'hiver, tristement associé à la rafle de près de 13152 juifs en juillet 42, était avant la guerre, un haut lieu de la vie parisienne.
Article rédigé par Anne-Marie Vincent
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 307 min
  (Le stade de Bercy a pris la suite du Veldhiv pour l'organisation des événements sportifs dans Paris © fotolia)

L'été les cyclistes s'élancent sur les routes du tour de France mais l'hiver il faut bien s'entraîner...

Le Vel d'hiv, inauguré à Paris en février 1910 devient le nouveau temple du vélo. Jean Durry, historien et fondateur du musée du sport a défendu sur cette piste, le maillot blanc et bleu du club sportif de Montparnasse et du 7e.

"Il y avait une piste de 250 m, et là ce sont disputés les sprints, les américaines, c’est-à-dire des équipes de deux équipes se relayant, la poursuite et même le demi-fond derrière grosse moto et puis il y a eu cette épreuve emblématique : Les Six jours célébrés par Paul Morand dans Ouvert la nuit "

"Il y avait là-haut les populaires et en bas, la pelouse, le restaurant et les loges où venait le public huppé en particulier après les spectacles. Là-haut c’était le saucisson et le gros rouge, en bas du foie gras." 

 

Le Vel d'hiv : le Bercy de l'époque

Le  Vel d'hiv se transforme rapidement en véritable palais des sports…

"Les jeux olympiques de 1924 ont vu y célébrer les épreuves de poids et haltères et d’escrime, et puis il y a eu du hockey sur glace et du patinage artistique, du tennis, de l’athlétisme, du basket-ball, du volley-ball …"

Après la rafle du Vel d'hiv, les compétitions continuent...

Victoire par KO en 85 secondes.

Ce 9 octobre 1942, Marcel Cerdan devient champion d'Europe des poids moyen, un exploit sportif à la une de tous les journaux. Trois mois plutôt dans ce même vel d’hiv le regroupement de 13 000 juifs raflés en région parisienne avant leur déportation vers les camps de la mort, est passé presque inaperçu.

"Dans le grand public, on ne savait même pas qu’il y avait eu la rafle du Vel d’hiv…   Cette tragédie a été relativement occultée. a n’avait jamais cessé d’avoir son activité sportive. En septembre les activités ont repris comme si de rien était."

Dernier combat de boxe dernier tour de piste en 1959 le Vel d'hiv est détruit pour laisser place au premier grand immeuble du nouveau quartier d'affaire de Grenelle.Du Vel d'hiv, rue Nelaton,  il ne reste qu'une plaque en mémoire des victimes de la rafle...

De Madonna aux sports extrêmes,  le POPB/ le palais omnisports de Paris Bercy accueille depuis plus de 30 ans les nouvelle pages de l'histoire parisienne du sport et de la fête..

 

Un Extrait d'Ouvert la nuit de Paul Morand

"À mi-chemin, ce fut un tonnerre sur nos têtes. Les lattes gémirent. Puis, apparurent le cirque de bois et son couvercle de verre unis par un brouillard divisé en lumineuses sections coniques. Sous les ombrelles émaillées, les lampes voltaïques suivaient la piste; Léa se dressa sur la pointe des pieds, impériale.

*- Vous voyez : jaune et noir… Les Guêpes… l'équipe des as. C'est Van den Hoven qui est en course. On va réveiller Petitmathieu pour les primes de deux heures.

    Des sifflets effilés coupèrent le ciel. Puis il y eut quatre mille clameurs, de ces clameurs parisiennes, du fond de la gorge. L'Australien tentait un lâchage. Les sprints commençaient. Plus haut que les placards de publicité, je vis les traits tirés, les yeux ardents des populaires.  Un orchestre éclata. Latriche chantait. On reprit en chœur "Hardi coco !" ce qui anima le train. Les seize coureurs repassaient, sans un écart, toutes les vingt secondes, se surveillaient, en peloton compact.

    Le pesage occupait le fond du vélodrome. À chaque extrémité les virages debout comme des murs, que les coureurs dans leur élan escaladaient jusqu'aux mots La plus homogène des essences. Le tableau de pointage s'anima. Des chiffres descendirent. D'autres montèrent.

  • Quatrième nuit. 85e heure. 2300 km 650 (…)

        Le quartier des coureurs avait poussé au bout de la piste, au petit virage. Chaque homme disposait d'une niche en planches avec un lit de camp fermé de rideaux. On lisait en lettres au pochoir : Stand Velox. Équipe Petitmathieu Van den Hoven. Un projecteur éclairait jusqu'au fond des cabines, permettant à la foule de ne perdre aucun des gestes de ses favoris, même au repos. Les soigneurs allaient et venaient en blouse blanche d'hôpital, avec des bruits d'assiettes, parmi les taches de pétrole et de graisse, composant des embrocations sur des chaises de jardin, avec des œufs et du camphre. Roulements démontés, cadres, rondelles de caoutchouc, ouates noires noyées dans des cuvettes (…) Les mécaniciens souillés, avec une barbe de cinq jours, en chemise kaki, bandaient les guidons au fil poissé, mettaient en faisceaux les roues à vérifier, serraient un écrou."

    Extrait d'Ouvert la nuit de Paul Morand. Edition Gallimard 1922, renouvelé en 1950.*

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.