PODCAST. Les infox de l'Histoire : "23 octobre 1812, la conspiration contre Napoléon"

Aux côtés De Jacques-Olivier Boudon, historien spécialiste de l’histoire de la Révolution et de l’Empire et auteur de "Ils voulaient tuer Napoléon, attentats, conspirations et complots" (éditions Tallandier), Patrice Gélinet revient sur la conspiration la plus célèbre du 1er Empire : la conspiration du général Malet.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
La conspiration contre Napoléon, un numéro hors-série du podcast "Les Infox de l'Histoire" (RADIOFRANCE)

À l'occasion de la sortie du film "Napoléon" de Ridley Scott, le 22 novembre, Les Infox de l'Histoire sort lundi 6 novembre un numéro hors-série entièrement dédié à la conspiration du général Claude-François Malet, le plus célèbre complot du 1er Empire. Aux alentours de 4 heures du matin, le 23 octobre 1812, trois hommes frappent à la porte d'une caserne de la garde nationale, rue Popincourt à Paris, avec à leur tête le général Malet, qui vient de s'évader d'une maison de santé où il avait été emprisonné pour avoir comploté contre le régime impérial. Il présente alors au commandant de la place, le colonel Soulier, un faux document annonçant la mort de Napoléon en Russie.

Patrice Gélinet : Le général Malet n'en était pas à son premier complot, c'était un récidiviste…

Jacques-Olivier Boudon : Le général Malet est un général qui avait commencé à servir sous l'Ancien Régime, qui a repris du service à l'époque de la Révolution. C'est un opposant à Napoléon Bonaparte de tout temps, un proche du général Moreau. En 1808, il a participé à une première conspiration lancée par le général Servan, ancien ministre de la Guerre, avec la même idée, c'est-à-dire de faire croire à la mort de Napoléon qui à ce moment-là est en train de régler les affaires espagnoles à Bayonne. Le général Servan meurt et le général Malet reprend alors le complot à son compte. Il va être empêché de le lancer parce que la police découvre l'affaire, trop de monde étant au courant.

Dans la nuit du 22 au 23 octobre, le général Malet et l'abbé Lafon s'échappent de la maison de santé, rejoignent leurs complices et se rendent dans une caserne de la garde nationale, où ils présentent un faux document annonçant la mort de l'Empereur au colonel Soulier. C'est ainsi que commence le coup d'État. Mais une première entorse a lieu : l'un des complices, Guidal, disparaît au lieu d'arrêter les deux plus hauts responsables du régime, le chef du gouvernement en l'absence de Napoléon Cambacérès et le ministre de la Guerre le général Clarke.

Le fait de ne pas avoir pu s'emparer de ces deux hommes est un échec. Mais ce qui est très frappant dans cette histoire, c'est que tous ceux à qui on annonce la mort de Napoléon, n'ont pas le réflexe de se dire que le roi de Rome, le fils de Napoléon, existe et est son successeur. Personne n'a ce réflexe, ce qui montre bien que le régime repose uniquement sur la personne de Napoléon et que si Napoléon disparaît le régime s'effondre en quelque sorte.

Le 23 octobre 1812, à 9h, le général Malet est arrêté. C'est la fin d'un coup d'État qui n'aura duré que quelques heures. Comment expliquer cet échec ?

L'échec s'explique par le fait qu'un certain nombre d'officiers supérieurs ont compris que c'était une mystification. Mais pas tous et c'est assez frappant. Le colonel Soulier, qu'était allé réveiller le général Malet, a continué à refuser d'obéir aux ordres de ceux qui ont repris le pouvoir et il sera par la suite condamné à mort par la suite.


Avec "La conspiration contre Napoléon", un numéro hors-série du podcast "Les Infox de l'Histoire" de la Fondation Descartes en partenariat avec franceinfo, voyagez à travers le 19e siècle pour découvrir la conspiration la plus célèbre du 1er Empire. Patrice Gélinet et l'historien Jacques-Olivier Boudon exposent et analysent la conspiration du général Malet, une fausse information qui a failli faire renverser  le pouvoir. Complotisme, manipulations, rumeurs, calomnies, emballements médiatiques… Un podcast pour décrypter l'un des mensonges de l'Histoire.

Producteur : Patrice Gélinet
Réalisatrice : Vanessa Nadjar
Documentaliste/Attachée de production : Juliette Marcaillou
Technicienne : Delphine Baudet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.