Cet article date de plus de quatre ans.

Les Informés. "Les Républicains sont en marche vers une grosse raclée"

écouter (27min)

Richard Ferrand devrait-il démissionner ? Les Républicains vont-ils survivre aux législatives ? Deux questions auxquelles les Informés de franceinfo ont essayé de répondre, mercredi. 

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 2 min.
François Baroin le 31 mai 2017 à Épaignes. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Emmanuel Macron vole au secours de Richard Ferrand    

Richard Ferrand ne quittera pas le gouvernement. Empêtré dans plusieurs affaires, le ministre de la Cohésion des territoires a reçu le soutien du Président de la République mercredi 31 mai, après celui de son premier Ministre, la veille. Emmanuel Macron était resté en retrait jusqu'à présent. "Il descend dans l'arène, il prend le risque de se présenter à côté de lui. Il soutient clairement son ministre. Pour l'instant il fait le pari que dans l'esprit des Français, Ferrand n'est pas vraiment identifié." a décrypté Audrey Goutard, chef adjointe du service enquêtes et reportages de France 2.

"C'est un mauvais pari" lui a rétorqué Éric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L’Express. "Ça va lui coller au doigt comme un sparadrap pendant tout le quinquennat." Selon lui, Richard Ferrand "est en train de plomber la campagne du parti En Marche, et les premières semaines du président qu'il a fait élire. S'il avait un tant soit peu de sens politique, il démissionnerait, point à la ligne."

Les Républicains au bord du naufrage

Invité de France Inter mercredi 31 mai, le Républicain François Baroin, a répété sa "position personnelle" exprimée faite deux jours plus tôt : "faire barrage au Front national, en tout temps, en tous lieux, en toutes circonstances." Mais cette sortie ne fait pas l'unanimité parmi ses pairs. Pour Éric Mettout, ce passage médiatique "C'est la fin des Républicains, ils ne vont pas survivre à l'après législatives. C'était déjà difficile entre Wauquiez et Copé d'un côté, Baroin de l'autre, les Juppéistes... ça va signer la fin d'un parti qui n'était qu'une fiction, qui n'était que la volonté d'un homme : Nicolas Sarkozy." 

Selon lui, Les Républicains "sont en marche vers une grosse raclée. Ce sont les valeurs de Baroin, le problème c'est que ce n'est pas celle des autres.. ça va finir par éclater, ce n'est pas possible autrement. Un sentiment partagé par Audrey Goutard : "La réunion du bureau politique le 12 juin va marquer la brisure totale entre les différents mouvements" de la droite. Conséquence : "Ça permet à Marine Le Pen de se dire la seule force d'opposition, que les autres pactisent entre eux." a-t-elle déploré. 


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.