"Les Enfants des autres", le triomphe de la douceur

écouter (8min)

Lorrain Sénéchal évoque les sorties cinéma de la semaine avec Thierry Fiorile et Matteu Maestracci : "Les Enfants des autres" de Rebecca Zlotowski et "Moonage Daydream" de Brett Morgen.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Les enfants des autres" de Rebecca Zlotowski (GEORGE LECHAPTOIS)

Avec Les Enfants des autres, et dans un registre clairement autobiographique, Rebecca Zlotowski réalise un mélo sans drame, sans conflit entre les personnages.

Et c’est le pari réussi de ce film : raconter l’histoire de Rachel, Virginie Efira, prof de 40 ans, qui au moment où elle commence une belle histoire avec Ali, Roshdy Zem, père séparé de Leila 4 ans, apprend qu’elle n’aura peut-être jamais d’enfant. Elle est la belle-mère, celle d’aujourd’hui dans les familles recomposées, qui se cherche une place, à l’écran elle a le premier rôle, loin des clichés de la marâtre de Walt Disney.

C’est un film d’une intelligence rare, qui raconte, entre autres, notre époque, et Rebecca Zlotowski ose, ô scandale, la pudeur, la douceur.

Moonage Daydream de Brett Morgen

Documentaire à la forme inhabituelle - on n'entend que David Bowie au grès des interviews données tout au long de 50 ans de carrière - Brett Morgen a eu accès à toutes les archives personnelles de ce musicien hors norme, qui a tellement devancé les modes, façonné des personnages, traversé les époques.

La Fondation David Bowie lui a fait ce cadeau incroyable, des captations de concerts inédites, des images intimes, mais toujours maîtrisées, jusqu'à la mise en scène des derniers moments de sa vie, avec l'album Blackstar. Brett Morgen a inséré des images graphiques pour lier l'ensemble, afin que le public vive une expérience Bowie, tout en gardant le mystère de la star.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.