Cet article date de plus de huit ans.

Robert et Richard Sherman, inventeurs de "Supercalifragilisticexpialidocious"

écouter
Alors que le film "Mary Poppins" fête ses 50 ans et que sort mercredi prochain le film "Dans l'ombre de Mary", rencontre avec les fils des frères Sherman, qui ont composé quelques standards de jazz. Durant les années 60, ils ont donné au studios Disney non seulement quelques tubes, mais Ils ont également participé à l'écriture des scénarii de "Mary Poppins" et du "Livre de la Jungle".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (©)

Bob Sherman et Richard Sherman sont les fils d'un compositeur
de musique populaire à New York. C'est lui qui a l'idée de réunir les talents
de ses deux fils. L'un Bob, était poète et romancier. L'autre Richard, composait
de la musique classique. Ce fut le début d'une carrière qui dura 60 ans.

Jeffrey, le fils de Robert Sherman, raconte la création de la chanson Supercalifragilisticexpialidocious : "Quand ils étaient en colonie de vacance, ils jouaient à
celui qui trouverait le mot le plus long, par exemple "anticonstitutionnellement". Ils se mettaient à deux, devaient trouver un mot et s'en
rappeler. Lorsqu'ils travaillaient sur l'histoire de Mary Poppins -
les gens ne le savent pas mais ils ont aussi contribué à l'écriture du
scénario, en plus de la musique du film - ils avaient besoin que les enfants
aient quelque chose à rapporter de leur "jolie promenade" dans la partie du
film qui est en dessin animé, pour que leur père retrouve sa place dans
l'histoire. Ce n'était pas possible
de ramener un papillon en dessin animé ou un cheval de manège, mais Bob et
Richard se sont dits : "Oh, ils pourraient rapporter un mot spécial, et ce mot
spécial est devenu "
Supercalifragilisticexpialidocious"...

C'est tout l'intérêt du film Dans l'ombre de Mary qui sort
mercredi prochain et raconte à la fois l'enfance de l'auteur de Mary Poppins,
Pamela Lee Travers, et surtout comment les frères Sherman travaillaient pour
construire l'histoire, adapter les livres pour enfants et inventer de nouvelles
chansons. Par exemple, celle-ci Un petit morceau de sucre a aussi un histoire, raconte Jeffrey Sherman:

"Ils avaient écrit une
chanson Pour Mary Poppins qui s'appelait
The Eyes of Love. C'était vraiment
leur préférée. Julie Andrews était déjà une star de Broadway mais elle
n'avait pas encore joué au cinéma. Elle aimait toutes les
chansons, sauf celle-ci. Elle leur avait poliment
dit : "Cette chanson, je n'y crois pas trop"... Ils étaient très
contrariés, c'était leur chanson favorite et ça devait être la chanson-phare du
film, ils ne savaient pas quoi faire. Un jour, je rentrais de
l'école, la maison était en désordre et mon père était déjà là... Il était rentré tôt, j'ai
cru que quelqu'un était mort, je me demandais ce qui s'était passé. Mon père
m'a demandé : "Comment s'est passée ta
journée ?". J'ai répondu que j'avais eu le vaccin contre la polio à l'école.
Il a demandé si on nous avait fait des piqûres, j'ai répondu que non, ils
mettaient un morceau de sucre sur une cuillère et versaient le médicament dessus pour
qu'on le mange. J'ai vu mon père
hocher la tête. Le
lendemain matin, il a dit à Richard : "It's the spoonful of sugar that helps the
medicine go down" (" C'est le morceau de sucre qui aide la médecine à couler
").

En 1967, pour
l'adaptation du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, Walt Disney fait encore
appel à eux. Les autres adaptateurs à qui il avait fait appel avaient trop
collé à la noirceur du roman. Il pense que les frères Sherman peuvent apporter
un peu de légèreté. Là encore, ils participent à l'élaboration du scénario et par
exemple, lorsqu'il faut écrire une chanson pour le singe, voici comment ils en
viennent à écrire I wanna be like you qui deviendra un standard de jazz.

Jeffrey Sherman : "Le Roi Louis était le roi
des singes, ils voulaient s'imaginer ce que pensait un singe. Je crois que
c'est Bob qui s'est mis à grogner comme
un singe pour voir comment il  chanterait
"Ouh ouh ouh, je voudrais être comme vous ouh ouh". Ca ressemble au
bruit du singe, et Louis était le roi du swing, alors pourquoi ne pas écrire la
chanson dans le style du swing ? Tout est parti de là. C'était toujours
l'idée de départ qui comptait. S'ils avaient une bonne idée pour une chanson,
les paroles et la musique suivaient. On avait donc le roi du swing, ce serait
une chanson swing avec des bruits de singes. La chanson est née comme ça et,
dans l'histoire, c'est un passage important."

Richard est décédé l'an dernier à l'age de 86 ans. Robert a bon pied bon œil, et il était sur le plateau lors du tournage de Dans l'ombre de Mary .

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.