Cet article date de plus de huit ans.

Yann Arthus-Bertrand : "On a les politiques qu'on mérite"

écouter
Comme chaque lundi, un invité revient sur un évènement de l'actualité qui a changé son regard sur le monde. Aujourd'hui, Yann Arthus-Bertrand, photographe, reporter, documentariste et écologiste, qui préside la fondation GoodPlanet. Il a été particulièrement marqué par la conférence de Copenhague sur le climat en 2009.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

La conférence de Copenhague, de 2009, a été la 15e conférence des
parties (COP 15) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements
climatiques. Elle devait être l'occasion, pour les 192 pays ayant ratifié la
Convention, de renégocier un accord international sur le climat remplaçant le
protocole de Kyoto.

Elle a permis le "premier accord réellement
mondial" visant à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre
en 2050 par rapport à celles de 1990.

Un accord sans contrainte

L'accord ne contient aucun
engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et prône
simplement la "coopération" pour atteindre un pic des émissions "aussi
tôt que possible".

"C'était une conférence très importante car on avait bien
compris qu'il ne fallait pas qu'il y ait plus de 2°C du réchauffement de la planète avant
2100
", explique Yann Arthus-Bertrand. "Il y avait une espèce d'espoir et des
milliers de jeunes étaient venus manifester pour dire : On est avec vous.
Et puis énorme déception. Mais je crois que c'est normal, aujourd'hui on a les
hommes politiques que l'on mérite. Si on n'a pas envie de changer de civilisation,
on ne pourra pas l'imposer aux politiques.
"

Les rapports entre les pays du nord et les pays du sud étaient
aussi un des points importants de la conférence de Copenhague. Hugo Chavez
fustigeait l'attitude des pays du nord qui se croient "supérieurs à nous " et expliquait que si le climat était une banque les gouvernements
riches l'auraient déjà sauvé.

On vit dans un déni collectif

Ceux qui émettent des gaz à
effet de serres, qui consomment la planète, ce sont les pays riches ce ne sont
pas les pays en voie de développement.

Planète océan de Yann Arthus-Bertrand vient de sortir en DVD.
Ce film raconte les plus merveilleuses comme les plus terrifiantes expériences
humaines de notre temps. Tourné aux quatre coins d'une géographie extrême, il
raconte l'odyssée moderne des hommes à la découverte de leur planète bleue.

La fondation GoodPlanet

Le site de Yann Arthus-Bertrand

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.