Cet article date de plus de dix ans.

Grèce : le récit d'une nuit d'émeutes

écouter
Le Parlement Grec a adopté dans la nuit un nouveau plan d'austérité pour permettre le déblocage de la deuxième tranche d'aides européennes, 130 milliards d'euros. Des milliers de manifestants, plus ou moins violents, se sont rassemblés dans les rues d'Athènes pour protester contre des mesures jugées injustes et inapplicables.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le nouveau plan de rigueur voté hier soir au Parlement grec s'est traduit par une une nuit de violences - le salaire minimum est abaissé de 22%, il atteindrait à peine les 700 euros par mois.

Les Grecs sont exaspérés et "ce matin, Athènes ressemble à un vaste champ de bataille ", raconte Angélique Kourounis, correspondante de France Info en Grèce. Pistolets lance-flammes et bombes artisanales supplantent désormais les traditionnels cocktails Molotov. Des dizaines de bâtiments ont été incendiés, les banques figuraient parmi les cibles premières des émeutiers.

La colère est à la mesure de l'absence d'espoir. Pour la population, le gouvernement à l'origine de ces nouvelles mesures n'a aucune légitimité puisqu'il a été imposé par le FMI et l'Eurogroup. Le mémorandum, n'a pour la population, aucune chance d'être appliqué et de nouvelles manifestations sont prévues pour cette semaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.