Cet article date de plus de neuf ans.

La colère des blouses blanches

écouter (10min)
L'accord sur les dépassements d'honoraires signé le 25 octobre dernier a mis le feu aux poudres au sein du personnel hospitalier. Internes et chirurgiens s'engagent dans un mouvement de grève illimité, une manifestation est organisée après demain.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Les chirurgiens sont souvent considérés comme des nantis auprès de la population française. Ces derniers dénoncent cependant des conditions d'exercice de plus en plus lourdes, provoquant souvent une crise des vocations.

Pour tenter de mieux comprendre la situation du personnel chirurgical dans l'hôpital français, le Zoom de France Info reçoit Philippe Cuq, président de l'Union des Chirurgiens de France et co-président du Bloc, regroupement de trois syndicats de chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens, appelant à la grève. Plus de 70% des blocs opératoires dans les cliniques françaises seraient touchés par cette grève selon Philippe Cuq.

Jean Marty est président du syndicat national des gynécologues et obstétriciens, il ne fait pas grève aujourd'hui et nous explique pourquoi. Il est d'accord avec les motivations du mouvement mais n'adhère pas à la méthode employée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.