Vrai ou faux
Législatives 2024 : le taux de chômage en France est-il "le plus bas depuis 25 ans", comme l'affirment Aurore Bergé et Gabriel Attal ?

En pleine campagne pour les législatives, le camp présidentiel assure que la France a "le taux de chômage le plus bas depuis 25 ans, le taux de chômage des jeunes le plus bas depuis 40 ans". Des données à nuancer.
Article rédigé par Lise Roos-Weil
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
De gauche à droite : Aurore Bergé, ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations et Gabriel Attal, Premier ministre, à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement, le 16 janvier 2024. (FRED DUGIT / MAXPPP)

À moins d'une semaine du premier tour des élections législatives, qui aura lieu dimanche 30 juin, le gouvernement défend son bilan, notamment sur l'emploi. "On a le taux de chômage qui est le plus bas depuis 25 ans", affirme Aurore Bergé, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo. "On a le taux de chômage le plus bas depuis 25 ans, le taux de chômage des jeunes le plus bas depuis 40 ans", répète de son côté le Premier ministre Gabriel Attal, sur les plateaux radio et télé. Vrai ou faux ?

7,5% de chômage actuellement, 7,2% en 2008


Si on regarde le tout dernier chiffre du chômage enregistré en France, au premier trimestre 2024, il atteint 7,5%, selon l'Insee. Or, le pays a déjà connu un taux de chômage plus bas, il y a 16 ans, avec 7,2% au premier trimestre 2008. Le taux de chômage actuel n'est donc pas "le plus bas depuis 25 ans".

Mais si on prend un peu de hauteur, si l'on regarde la dernière année complète, 2023, le taux de chômage en France atteint 7,3%. Sur l'année 2008, il s'établissait à 7,4%. Dans ce cas, sur une année complète, le taux de chômage est "le plus bas depuis 25 ans". On peut dire que les taux de chômage sont similaires sur les deux périodes, en 2023 et en 2008. Il s'agit ici de la définition du chômage au sens du Bureau international du travail. Est considéré comme chômeur, une personne en âge de travailler, sans emploi, qui n'a pas travaillé du tout pendant une semaine de référence, qui est disponible et qui recherche activement un emploi.

Des taux de chômage des 15-24 ans plus bas par le passé

Globalement, le chômage recule en France depuis 2015, comme le montrent les données de l'Insee. Mais cette baisse est, par certains aspects, à relativiser. En effet, selon les données de Pole Emploi, qui comptabilise comme chômeur toute personne inscrite dans ses fichiers, le nombre de chômeurs de catégorie A baisse, mais le nombre de chômeurs de catégorie B augmente depuis 2019, comme le montre la dernière note de la Dares, le service statistique du ministère du Travail . En catégorie A, on retrouve les chômeurs qui n'ont pas travaillé du tout sur le dernier mois. Dans la catégorie B, ceux qui ont travaillé sur de courtes périodes, des personnes qui alternent donc chômage et emploi. L'explosion de l'apprentissage, ces dernières années, est aussi pointée du doigt par certains. Un phénomène qui fait mathématiquement augmenter le taux d'emploi.

Le Premier ministre Gabriel Attal affirme justement que le taux de chômage des jeunes "n'a jamais été aussi bas depuis 40 ans". Là encore, on ne peut pas dire ça. Le taux de chômage des 15-24 ans s'élève aujourd'hui à 18,1%. Il a déjà été plus bas, autour de 16% en 1989, en 2000 ou encore, sous Emmanuel Macron, en 2022 et début 2023. On remarque que le taux de chômage des jeunes, remonte légèrement depuis un an, comme celui de la population dans son ensemble. C'est dans ce contexte que le gouvernement veut mettre en place une nouvelle réforme de l'assurance-chômage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.