VRAI OU FAUX. Est-ce vrai qu'en Seine-Saint-Denis, plus d'un enfant sur deux ne sait pas nager quand il entre au collège ?

Alors qu'une piscine a été construite en Seine-Saint-Denis pour les Jeux olympiques, le président du département Stéphane Troussel rappelle que "plus d'un enfant sur deux en Seine-Saint-Denis ne sait pas nager quand il arrive en 6ème". C'est vrai, il y en a même plus, d'après les dernières données disponibles.
Article rédigé par Lise Roos-Weil
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des enfants apprennent à nager dans la piscine de Limoges. Février 2024 (NATHALIE COL / FRANCE BLEU LIMOUSIN / RADIO FRANCE)

Un centre aquatique comme héritage des Jeux olympiques. Avec sa piscine flambant neuve, la plus grande de France, la Seine-Saint-Denis espère en faire profiter les habitants, et pas seulement les champions. Le président socialiste du département, Stéphane Troussel, rappelle sur franceinfo que "plus d'un enfant sur deux en Seine-Saint-Denis ne sait pas nager quand il arrive en 6e."

Près de trois enfants sur quatre ne savent pas nager en Seine-Saint-Denis à l'entrée au collège

C'est vrai. Il y a même 74% des enfants en Seine-Saint-Denis qui ne savent pas nager quand ils entrent en 6ème, à 10 ou 11 ans, d'après la dernière enquête "Savoir nager", réalisée en 2021 auprès des professeurs d'EPS du département. Les élèves sont encore 51% à ne pas savoir nager à la sortie de la 6e. Trois fois plus qu'à l'échelle nationale. Cela correspond aux enfants qui n'ont pas obtenu leur attestation "Savoir nager en sécurité", qui permet de vérifier par exemple s'ils savent mettre la tête sous l'eau, nager plus de 20 mètres ou encore faire demi-tour sans s'appuyer sur le rebord.

Interrogée par franceinfo, l'équipe de Stéphane Troussel estime de son côté, sans pouvoir citer d'enquête précise, qu'aujourd'hui "40% des élèves ne savent pas nager à la sortie de la 6ème, et plus d'un enfant sur deux à l'entrée au collège". Des données qui ne sont pas accessibles publiquement. Depuis 2021, les enfants peuvent notamment bénéficier du dispositif "1, 2, 3, nagez !", lancé dans le cadre des Jeux de Paris.

De tels chiffres s'expliquent d'abord par un manque d'infrastructures. La Seine-Saint-Denis compte à peine 39 piscines en 2024, ce qui correspond à 60 mètres carrés de bassin pour 10 000 habitants. Quatre fois moins que la moyenne nationale. Il est donc plus difficile de trouver un créneau pour accueillir les élèves. Dans l'enquête "Savoir nager", les professeurs pointent aussi des "problèmes de transport" et un "manque de piscine proche".

Des disparités en fonction des revenus et du milieu social

Le niveau en natation dépend aussi du milieu social et des revenus. Selon une étude menée par l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (INJEP), 13% des enfants d'ouvriers ne savent pas nager à 13 ou 14 ans, contre 2% des enfants de cadres au même âge. Les chercheurs pointent le rôle clé des vacances d'été : "Les collégiens partis en vacances d’été plus de 30 jours gardent une probabilité d’être bon nageur encore supérieure de 16 points à celle des élèves partis moins de quatre jours." En Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France, de nombreuses familles ne peuvent ni se payer des cours particuliers, ni partir en vacances.

Ce retard dans l'apprentissage de la natation ne se cantonne pas à la Seine-Saint-Denis. Dans les départements d'Outre-mer, notamment la Guadeloupe, la Guyane ou Mayotte, les taux de réussite au test "savoir nager" à la fin de la 6e sont parmi les plus bas. Dans les Bouches-du-Rhône et notamment à Marseille, c'est aussi très marqué : plus de la moitié des enfants ne savent pas nager à l'entrée en 6e. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.