VRAI OU FAUX. Élections européennes : vidéo parodique, deepfake, affiche retouchée... comment l'intelligence artificielle s'immisce dans la campagne

En pleine campagne pour les élections européennes, l'intelligence artificielle est de plus en plus présente. Et bon nombre d'internautes se font berner. Franceinfo décortique trois exemples récents.
Article rédigé par Lise Roos-Weil
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Une vidéo de campagne parodique de la candidate Renaissance aux élections européennes 2024, Valérie Hayer, circule sur les réseaux. (CAPTURE D'ECRAN)

Halte aux fakes ! L'occasion est belle avec la campagne des élections européennes d'utiliser l'intelligence artificielle pour berner les plus crédules. En scrollant sur les réseaux sociaux, vous êtes peut-être tombé, ou l'un de vos collègues vous a montré en rigolant, une vidéo présentée par des internautes comme le clip de campagne de Valérie Hayer. 

Elle fait beaucoup réagir. Dans un montage franchement ringard, on voit la candidate Renaissance aux élections européennes au travail, en meeting, en réunion. Le tout sur une musique entraînante : "Tout le monde la connaît, elle est formidable...Valérie Hayer ne votez pas ailleurs !"."Comment pourrait-on voter pour des gens qui font un clip de campagne aussi ridicule ?", écrit un internaute. "La pub de Valerie Hayer !!! C'est une farce ?! Renaissance a fait plus fort que Les Républicains avec Pécresse", s'amuse un autre. La vidéo fait le buzz. Et certains y croient vraiment.

Une vidéo de campagne parodique, créée grâce à l'intelligence artificielle

Cette vidéo a été créée par un compte parodique, ZlavèqueProductions sur Youtube. Il est bien indiqué dans la description du clip de Valérie Hayer "#fake", "#humour", "#parodie". "Je fais ça juste pour m'amuser, parce que c'est drôle, il n'y a pas d'objectif politique", explique à franceinfo le créateur, sous le pseudonyme Mathieu Blèh, par ailleurs freelance et créateur de contenus sur internet. Il a utilisé l'intelligence artificielle pour produire cette vidéo, ChatGPT pour aider à l'écriture des paroles et une autre application pour composer la musique. "L'objectif est de réaliser une vidéo de campagne parodique par candidat", précise Mathieu Blèh. Le compte propose d'ailleurs déjà des vidéos d'Emmanuel Macron, Marion Maréchal, Raphaël Glucksmann ou encore Nicolas Sarkozy.

Mais Mathieu Blèh a été "surpris" par la viralité de sa vidéo sur Valérie Hayer. Elle a été partagée par de nombreux comptes de militants d'extrême droite, sans préciser que c'était une parodie. L'entourage de Valérie Hayer dénonce auprès de franceinfo une technique pour "discréditer" la candidate, teintée de sexisme. L'équipe réfléchit à déposer un signalement sur la plateforme Viginum, chargée de la vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères.

L'IA pour modifier le physique des candidats

L'intelligence artificielle est aussi utilisée par des comptes anonymes pour modifier l'apparence des candidats. Deux comptes TikTok viennent d'être supprimés par la plateforme. Ils proposaient des vidéos de jeunes filles, nombril à l'air et longs cheveux blonds, avec les visages de Marine Le Pen et Marion Maréchal. Des messages partisans était accolés sur les vidéos. Il s'agissait de deepfake, des images générées par l'intelligence artificielle. Le compte le stipulait d'ailleurs, comme l'explique BFM Tech&Co, mais des internautes se faisaient avoir.

Dans un tout autre genre. La numéro 2 sur la liste Ecologie au Centre, Juliette de Causans, a modifié volontairement son apparence sur son affiche de campagne, grâce à l'intelligence artificielle. Le parti explique à franceinfo que la candidate a utilisé trois logiciels différents, qu'elle ne veut pas révéler, pour se donner un ventre plat, des dents blanches, ou encore un teint halé. "C'est un moyen d'alerter sur les dangers de l'intelligence artificielle", un sujet qui figure dans leur programme, assure à franceinfo le numéro 1 sur la liste, Jean-Marc Governatori. "Ça permet aussi de faire parler de nous", reconnaît-il.

Que ce soit volontaire ou non, émanant directement de candidats ou repris à dessein par des militants, l'intelligence artificielle est bien présente dans la campagne pour les élections européennes. Il faut donc être vigilant avec les images, en regardant bien qui les partage. Si vous avez un doute, n'hésitez pas à vous référer aux comptes officiels des candidats. Des détails peuvent aussi mettre la puce à l'oreille, comme un mouvement des lèvres anormal, mais les images générées par l'intelligence artificielles sont de plus en plus difficile à déceler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.