Le vrai du faux, France info

Veste obligatoire à l'Assemblée nationale ?

Le député écologiste François de Rugy "aimerait qu'on baisse la clim à l'Assemblée, qu'on montre l'exemple et qu'on nous autorise à enlever notre veste. Dans l'hémicycle on nous oblige à garder notre veste". Vrai.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(François de Rugy affirme que la port de la veste est obligatoire à l'Assemblée nationale © Maxppp)

Vrai

La règle n'est pas écrite dans le réglement intérieur de l'Assemblée nationale. La seule mention d'une "tenue correcte" concerne l'accès aux tribunes de l'Assemblée pour le public, qui doit également être "assis, découvert et en silence ".

Du côté des élus, le bureau de l'Assemblée s'est tout de même récemment prononcé en 2008, suite, déjà, à une demande du député EELV François de Rugy.

"Tenue respectueuse"

Le texte explique que sur "le port obligatoire de la cravate dans l’hémicycle, le Bureau a souhaité rappeler à tous les membres de l’Assemblée la nécessité jusque-là observée d’avoir en toutes circonstances une tenue respectueuse des lieux ".

Et depuis l'abandon du costume officiel sous la IIIe République, cette "tenue respectueuse" consiste donc par coutume en une cravate et une veste pour les hommes. Pour le reste, les couleurs sont libres. C'est en tout cas ce qu'explique le service de presse du Palais Bourbon.

Régle plus floue pour les femmes

Cette règle non écrite peut être appliquée de façon assez stricte. Un huissier peut tout à fait interdire l'accès de l'hémicycle à un élu sans cravate. Le service de presse raconte qu'il faut parfois prêter des cravates à des députés oublieux.

Chez les femmes, la règle est un peu plus floue. La ligne rouge serait d'avoir les bras nus, un décolleté trop prononcé ou une jupe au-dessus des genoux. Quant au pantalon, il est autorisé pour les femmes depuis 1977.

L'arrivée de la climatisation

Il faut donc être bien couvert quand on est député, y compris en période de forte chaleur. Lorsqu'on regarde les archives de l'Assemblée, on trouve de nombreuses plaintes d'élus sur la chaleur "qui risque de devenir un facteur important d’absentéisme", s'émouvait par exemple le député Robert Pandraud en 1995, sous les applaudissements de ses collègues.

Il est entendu quelques mois plus tard. Le président de l'Assemblée de l'époque, Philippe Seguin, fait installer la climatisation. Depuis, l'Assemblée y consacre une petite partie de son budget : 930.000 euros l'an dernier. C'est 300.000 euros de plus qu'en 2003, année de la canicule.

(François de Rugy affirme que la port de la veste est obligatoire à l'Assemblée nationale © Maxppp)