Le vrai du faux, France info

"Suite à Charlie Hebdo, 2.600 personnes ont été engagées pour le renseignement"

D'après Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement interrogé vendredi sur France 2, "suite à Charlie Hebdo, (...) c’est plus de 2.600 personnels supplémentaires dans le renseignement qui ont été à ce moment-là engagés". C'est faux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Stéphane Le Foll. © Maxppp)

Les moyens alloués aux renseignements français ont-ils été suffisants depuis les attentats contre Charlie Hebdo au mois de janvier dernier ? Pas selon la droite et le Front national qui reprochent au gouvernement le manque d’effectifs des services depuis les attentats du mois de janvier dernier. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, leur a répondu vendredi sur France 2, déclarant que depuis “2015, suite à Charlie Hebdo, avec la loi sur le renseignement (...) et le renforcement des moyens, c’est plus de 2.600 personnels supplémentaires dans le renseignement qui ont été à ce moment-là engagés ".

2.600 personnes engagées depuis Charlie ?

C’est faux. En fait, c’est beaucoup moins. 540 pour le ministère de l’Intérieur, 293 pour la Justice et une centaine pour la Défense (la DGSE) et le ministère des Finances. On arrive à un résultat presque trois fois inférieur à ce que dit Stéphane Le Foll : autour de 900 personnes supplémentaires affectées au renseignement dans le cadre de ce que l’on appelle le “plan Charlie” contre le terrorisme.

D’où vient le chiffre de Stéphane Le Foll ?

C'est Manuel Valls qui a évoqué ce chiffre le 21 janvier dernier, au lendemain des attentats de Charlie Hebdo. Le Premier ministre annonce alors un vaste plan antiterroriste, le fameux “plan Charlie”. Il promet la création de 2.680 emplois supplémentaires dans le renseignement - le chiffre avancé par Stéphane le Foll donc - mais sur trois ans ! Et non sur la seule année 2015.

L’objectif de 2.600 sera atteint, mais pas avant 2017 ?

C'est en tous cas la promesse du gouvernement. Pour l’instant, on en est loin. Pour la seule DGSI par exemple, la Direction générale de la sécurité intérieure, 500 nouveaux postes ont été promis dans le cadre de ce plan, mais seuls 100 ont été attribués en 2015 nous a confié une source. Il en reste donc 400 à recruter, à former -ça prend du temps- avant qu’ils ne puissent prendre leur fonction d’ici deux ans.

C’est donc un faux pour Stéphane Le Foll, ce ne sont pas 2.600 personnes qui ont été engagées dans le renseignement depuis janvier 2015, mais autour de 900. 2.600 c’est ce qui est promis jusqu’en 2017. A souligner que les reproches de l’opposition sont un brin ironiques, puisque les effectifs avaient été drastiquement réduits par Nicolas Sarkozy et François Fillon…

(Stéphane Le Foll. © Maxppp)