Le vrai du faux, France info

Steeve Briois dit-il vrai sur le vote FN des "syndiqués" ?

Le secrétaire général du Front national affirme que les "syndiqués CGT" ont voté à 25% pour Marine Le Pen à l'élection présidentielle, ceux de FO à 20% et les ouvriers à 35%. Vrai ou faux ? Réponse ici.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Vrai sur les ouvriers

On peut admettre que Steeve Briois dit vrai quand il affirme que 35% des ouvriers ont voté pour la candidate du Front national le 22 avril 2012. Il cite en fait le meilleur sondage, celui de TNS Sofres du 22 avril. Les autres enquêtes donnent des scores plus modestes à Marine Le Pen. 30% chez les ouvriers d'après IPSOS-Logica du 22 avril et 27%, d'après le sondage post électoral OpinionWay CEVIPOF mené entre le 18 mai au 2 juin dernier.  
Dans ce dernier sondage, la patronne du Front national reste bel et bien en tête sur les ouvriers, devant François Hollande (24%) et Nicolas Sarkozy (22%).  

Faux sur les "syndiqués"

En revanche, Steeve Briois dit faux quand il affirme que 25% des syndiqués CGT ont voté Marine Le Pen et 20% des syndiqués FO.
Avant de scruter les chiffres, il faut savoir de qui l'on parle. Pascal Perinneau, patron du CEVIPOF, rappelle que "les enquêtes réalisées au moment de l'élection (notamment celle de l'IFOP auprès des sympathisants des syndicats) ne sont pas des enquêtes sur les syndiqués mais sur les Français qui expriment une proximité ou une sympathie pour tel ou tel syndicat", ce qui est différent.  

D'après l'IFOP, Marine Le Pen réalise un score de 16% chez les actifs proches de la CGT, loin derrière François Hollande (40%) et Jean-Luc Mélenchon (28%). Chez les sympathisants Force Ouvrière, Marine le Pen totalise 31% des votes (à égalité avec François Hollande).

Pascal Perinneau reconnait que la pénétration électorale de Marine Le Pen est "importante chez les syndiqués" . Mais selon lui, ce mouvement n'est pas forcément très nouveau ou très inédit. Si l'on excepte 2007, quand Jean-Marie Le Pen a réalisé un mauvais score à la présidentielle, le niveau de Marine le Pen en 2012 rappelle les scores enregistrée par le Front national dans les années 90 ou au début 2000 auprès des personnes proches de syndicats. 

(©)