Le vrai du faux, France info

NKM dit-elle vrai sur le périphérique à 70km/h ?

La candidate UMP à la mairie de Paris affirme que le passage de la vitesse maximum de 80 à 70 km/h n'a "aucun impact" sur la pollution. Nathalie Kosciusko-Morizet ajoute que "les poids-lourds polluent plus à bas régime qu'à haut régime", encore plus que les autres véhicules, qui de toute manière roulent beaucoup moins vite que 70km/h sur le périph'. Vrai ou faux ? Réponse ici.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Faux sur l'impact sur la pollution

Il y a aura un impact faible sur la pollution. Une baisse de quelques % sur certaines particules (5% maximum) selon plusieurs sources, comme l'Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe) ou Airparif.

Ce n'est pas ça qui va faire baisser la pollution de l'ensemble de la région parisienne. Mais de manière très locale, il y aura des conséquences. Amélie Fritz, ingénieur à Airparif explique que "ces quelques pourcents ont quand même un gros impact sur les automobilistes eux-mêmes qui sont les premiers exposés à leur propre pollution. Et puis également sur tous les gens qui vivent le long du boulevard périphérique, puisqu'il y a plus de 100.000 personnes qui vivent à moins de 100 mètres de cet axe. Il y a également des crèches, des écoles, des hôpitaux des centres sportifs ".

Vrai sur la vitesse moyenne sur le périph'

NKM dit vrai quand elle affirme qu'on roule sur le périphérique aux heures de pointe bien moins vite que 70 ou 80 km/h. On roule en moyenne à 37 km/h selon l'Automobile Club de France, en raison des embouteillages.

Vrai sur la pollution à petite vitesse

Les véhicules polluent plus à petite vitesse. Pour étudier la pollution en fonction de la vitesse, il existe des courbes d'émissions de polluants qui sont en forme de U. La pollution est assez forte à petite vitesse (15-20 km/h) en raison des changements de régime (accélération, passage des vitesses, arrêts). Ensuite, la pollution baisse entre 40 et 70 km/h pour finalement remonter au delà de 70 km/h.   

Vrai sur les poids-lourds

Les poids-lourds à basse vitesse sont de gros pollueur. Michel André, directeur de recherche dans un laboratoire à l'Institut français des sciences et technologies du transport explique que "le problème du camion par rapport à la variabilité des vitesses est encore amplifié. Parce qu'un camion, c'est beaucoup plus lourd et finalement pas tellement motorisé pour un tel poids. Donc un camion qui subit des arrêts et des décélérations, évidemment à chaque ré accélération, il pollue ".

Pour moins polluer, il faut éviter les à coups, fluidifier le trafic. La baisse des vitesses maximum contribue à cette fluidité.

(©)