Les "violences sur personnes" ont-elles augmenté de 30% en France depuis 2017, comme l'affirme Christian Jacob ?

écouter (4min)

Le président du parti Les Républicains a étrillé le bilan sécuritaire du président.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christian Jacob le 11 avril 2022.  (ALAIN JOCARD / AFP)

C'est "un sujet qui a été complètement abandonné" par Emmanuel Macron déplore le président des Républicains, Christian Jacob. Il a tiré à boulets rouges sur le bilan sécuritaire du président de la République : "On est à une augmentation, sous Emmanuel Macron, de plus de 40% des tentatives d'homicides, on est a 30% d'augmentation des violences sur personnes", a-t-il affirmé sur LCI. Des chiffres plutôt vrais : on les retrouve bien dans les statistiques du ministère de l'Intérieur. Cela dit, il faut rester très prudent sur leur interprétation. 

Forte hausse des signalements de violences intrafamiliales 

On commence par les violences sur personnes. Elles seraient en hausse de plus de 30%, d'après le patron des Républicains. C'est plutôt vrai si on regarde les chiffres du ministère de l'Intérieur concernant les "coups et blessures volontaires sur personnes de plus de 15 ans". On est passé en 2017 de 233 000 faits signalés à un peu plus de 306 000 en 2021, ce qui fait, effectivement, une augmentation d'un peu plus de 30%. 

Cette forte hausse est essentiellement portée par les violences intrafamiliales. Le nombre de signalements a bondi de plus de 50% par rapport au début du quinquennat. D'après le service statistique du ministère de l'Intérieur, ces hausses, très fortes depuis trois ans, s'expliquent par deux raisons principales : les victimes osent beaucoup plus s'exprimer qu'auparavant et, d'après le ministère, elles sont mieux accueillies quand elles viennent déposer plainte. 

Les homicides en hausse 

Concernant les tentatives d'homicides, Christian Jacob exagère un peu lorsqu'il parle de "40%". Mais on est effectivement pas si loin, plutôt autour de 30%, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, qui décompte un peu moins de 2 600 tentatives en 2017 contre un peu plus de 3 400 en 2021. 

Sauf que cet indicateur est fragile parce qu'au cours d'une enquête les policiers peuvent d'abord penser à une tentative d'homicide pour ensuite abandonner cette qualification. D'après un spécialiste des statistiques de sécurité, il vaut mieux se focaliser sur les homicides, dont les données sont plus fiables. Et si on regarde cet indicateur, il y a effectivement une hausse, mais pas du tout dans les mêmes proportions puisque l'augmentation est d'environ 10% sur cinq ans. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.