Cet article date de plus de dix ans.

Les prix littéraires : vraies questions

Le prix Goncourt sera décerné à la mi-journée, au restaurant Drouant. L'occasion de rappeler quelques vérités au sujet des prix littéraires.  
Article rédigé par Gérald Roux
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

Les prix littéraires rapportent toujours

Ipsos a mesuré l'impact moyen des attributions de prix sur les ventes entre 2005 et 2011. Résultat, sur cette période, un livre qui a reçu le Goncourt s'est vendu en moyenne à 431.000 exemplaires. 2eme, le prix Renaudot (256.000 exemplaires) et  3eme, le Goncourt des Lycéens (devant le Femina, l'Interallié et les Médicis).

Goncourt concurrencé   

Le célèbre prix n'engendre pas toujours le plus de ventes. Par exemple, en 2007, "Chagrin d'école" de Daniel Pennac a reçu le Renaudot et s'est plus vendu que le Goncourt 2007, le livre de Gilles Leroy "Alabama song". Les prix sont aussi liés à la notoriété de l'auteur.   

Un autre prix concurrence aussi le Goncourt. Il n'est pas décerné par des professionnels à l'automne, mais au printemps par des lecteurs. Il s'agit du Grand prix des lectrices du magazine Elle avec une grosse couverture médiatique et un phénomène de bouche à oreille garanti. Résultat, selon Ipsos, des ventes plus grosses que celles du Goncourt ces dernières années. 441.250 exemplaires en moyenne. (Ventes grand format et poche confondues). 

Prix arrangés ?

L'ancien patron de Fayard affirmait il y a trois ans que les prix littéraires étaient truqués, ce qui avait fait du bruit à l'époque.
De son coté, Pierre Assouline, qui fait partie du jury Goncourt reconnait que le système a longtemps été verrouillé. L'écrivain vient de sortir un ouvrage sur l'histoire du Goncourt "Du coté de chez Drouant".

Il reconnaît sur France Info qu'il est frappant de remarquer "qu'il y a eu dans les années 50/60 une domination abusive de la maison Gallimard dans le jury, et ensuite une domination tout aussi abusive de la maison Grasset dans le jury ".  Ce que certains ont appelé le système "Galligrasset".   
 
Depuis 2008, le règlement du Goncourt a changé pour tenter de faire taire les critiques. Un juré du Goncourt n'a plus le droit de travailler pour un éditeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.