Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. Non, 15 (ou 16) bateaux ne polluent pas autant que toutes les voitures du monde.

Lorrain Sénéchal passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Aujourd'hui, une affirmation qui circule sur Facebook, selon laquelle seuls 15 bateaux pollueraient autant que l'ensemble des voitures du monde.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration. Le paquebot Independance of the Seas à Cherbourg, le 23 octobre 2018.
Illustration. Le paquebot Independance of the Seas à Cherbourg, le 23 octobre 2018. (PIERRE COQUELIN / RADIO FRANCE)

Alors que le tribunal de Marseille doit rendre son jugement ce lundi 26 novembre à l'encontre du capitaine d'un bateau de croisière accusé de pollution, un chiffre circule beaucoup sur Facebook depuis des années : 15 bateaux (parfois 16, parfois 60) pollueraient autant que toutes les voitures dans le monde. Le chiffre a beaucoup été repris par des partisans des gilets jaunes, avec bien souvent l'idée que le gouvernement taxe la pollution des voitures de particuliers, plutôt que de taxer la pollution des navires, qui serait bien pire.

Une étude (très) raccourcie

Ce chiffre est très exagéré. On trouve sa trace pour la première fois dans un article du Guardian en 2009. Le quotidien anglais cite un chercheur américain du nom de James Corbett. James Corbett travaille à l'université du Delaware et il a co-publié plusieurs études sur la pollution des bateaux pour le compte de l'organisation maritime internationale, qui est une agence de l'Onu. Mais le Guardian fait un raccourci, comme Corbett l'a lui-même expliqué sur la BBC.

Sa pensée est en fait la suivante : si les 16 navires les plus polluants au monde avait utilisé le pire carburant disponible en 2009, ils auraient rejeté autant de dioxyde de soufre que les 800 millions de voitures en circulation dans le monde... si ces voitures avaient utilisé le meilleur carburant disponible en 2009. Le titre est moins vendeur, il est un peu plus long c'est vrai, mais il est surtout plus précis.

Émissions proportionnellement en baisse

Dans les faits, les émissions de dioxyde de soufre du transport maritime sont en baisse. Elles ne représentent plus que 3,5% des émissions mondiales, et l'ONU recommande de faire baisser ce seuil à seulement 0,5%.

Concernant le CO2, la dernière étude de l'organisation maritime internationale date de 2014. Elle explique que l'ensemble de la flotte mondiale a émis moins 800 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Ça a l'air beaucoup, mais ça ne représente que 2,2% des émissions totales. Cependant les rejets du transport maritime pourraient augmenter de 50 à 250% d'ici 2050.

Un secteur polluant

Ces émissions entraînent des cancers, responsables de la mort de 60 000 personnes dans le monde en 2007 d'après une étude de l'université du Delaware. Enfin l'université d'Aarhus au Danemark a elle calculé en 2011 que la pollution due au transport maritime coûte 58 milliards d'euros à l'union européenne. Un chiffre qui devrait atteindre 64 milliards d'euros en 2020.

Illustration. Le paquebot Independance of the Seas à Cherbourg, le 23 octobre 2018.
Illustration. Le paquebot Independance of the Seas à Cherbourg, le 23 octobre 2018. (PIERRE COQUELIN / RADIO FRANCE)