Cet article date de plus de neuf ans.

Jean-Marc Ayrault dit-il vrai sur les couacs ?

écouter (3min)
Le Premier ministre affirme que ces maladresses politiques ne sont "pas spécifiques à son gouvernement". Vrai ou faux ? Réponse ici.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Vrai

Si le gouvernement actuel semble faire la collection des couacs, il faut bien reconnaitre qu'il est loin d'en avoir l'exclusivité. La première année d'un pouvoir, quel qui soit, est propice aux maladresses en tous genres.

Première année Sarkozy

Aout 2007, Christine Lagarde ministre de l'Economie déclare alors que la crise financière commence : "Je pense que le gros de la crise est derrière nous".
Novembre 2007, le prix de l'essence grimpe : Christine Lagarde, encore elle, conseille aux Français de "rouler à vélo" .  
A cette époque, elle est considérée comme la reine de la gaffe. Un an plus tard, Christine Lagarde est l'une des ministres les plus respectées de l'équipe Fillon. Elle dirige aujourd'hui le FMI.

Décembre 2007, le colonel Kadhafi est en visite en France. Rama Yade, secrétaire d'état aux Droits de l'homme, n'apprécie pas. "La France n'est pas un paillasson" , dit-elle. "Elle a raison" , affirme Bernard Kouchner, son ministre de tutelle. Mais Rama Yade est convoquée à l'Elysée.

Avril 2008, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce la "lâcheté" de son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo face aux députés UMP. Elle doit s'excuser à la demande de François Fillon.
Quelques jours après : Nicolas Sarkozy, ulcéré, recadre ses ministres. "Il n'y aura pas de nouveau couac sans sanction, la prochaine fois, c'est la porte" , affirme le président. Le mandat Sarkozy a débuté moins d'un an auparavant.

Première année Chirac

Au delà des couacs de communication, il y a les échecs express.
Mai 1995, Jacques Chirac est président, Alain Juppé Premier ministre. Il nomme 12 femmes à des postes de ministre ou de secrétaire d'Etat, les fameuses "Jupettes". Cinq mois après, il n'en reste plus que quatre. Parmi elles, Corinne Lepage, ministre de l'Environnement.    

Première année des septennats Mitterrand

Les démissions express peuvent aussi faire désordre.
1988, deuxième septennat de François Mitterrand, gouvernement Rocard.  
Le professeur Léon Schwartzenberg est nommé ministre de la Santé et démissionne au bout de neuf jours (un record). Pourquoi ? Notamment parce qu'il a pris positions en faveur de légalisation de la drogue.

1981, premier septennat de François Mitterrand avec là aussi un passage express. Le navigateur Alain Bombard est nommé secrétaire d'Etat à l'Environnement. Il ne reste qu'un mois dans l'équipe Mauroy. Il avait eu de malheur de vouloir abolir la chasse à courre, ce qui avait mécontenté les hautes sphères du pouvoir, même de gauche.
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.