Cet article date de plus de neuf ans.

Jean-Marc Ayrault dit-il vrai sur la puissance et le potentiel économiques de l'Europe ?

écouter (3min)
Invité de France Inter mercredi matin, le Premier ministre a affirmé que le continent européen était "le plus riche du monde, la plus grande puissance économique et la zone commerciale la plus grande" — tout en déplorant que l'Europe n'utilise pas ces atouts-là. Vrai ou faux ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Vrai.

L'Union européenne est bien la
première puissance économique mondiale avec un PIB de 13.000 milliards d'euros,
selon les chiffres 2010 de la Banque mondiale.

L'Europe est aussi le premier marché du monde, devant l'Asie et ses deux gros
pays émergents que son la Chine et l'Inde. Et devant les Etats-Unis et le
Canada réunis.

L'Europe est encore le premier exportateur mondial, et réalise à elle seule un
quart des échanges mondiaux. Energie, banque-assurance, automobile,
électronique, pharmacie, chimie, grande distribution : l'économie européenne
est à la fois puissante et diversifiée.

Des atouts dont "elle ne se
sert pas",
dit Jean-Marc Ayrault.

L'Europe manque-t-elle de mordant, de volontarisme ? Xavier Timbeau, patron du
département analyses et prévisions de l'OFCE (centre de recherche en économie de
Sciences-Po) est plus nuancé : "L'Europe a quand même réussi à imposer
au monde une certaine approche de l'économie : le
"soft power",
c'est-à-dire le refus du cynisme et du rapport de force",
explique
l'économiste.

Mauvaise excuse

Parfois, le "soft power"
a "conduit à un excès de naïveté, comme sur les questions commerciales
ou les questions financières",
poursuit Xavier Timbeau. Mais on peut aussi
voir le "soft power" comme "une mauvaise excuse à une
incapacité à se prendre en main et à résoudre soi-même ses problèmes",
ajoute
l'économiste.

L'Europe ne s'assume pas totalement en tant que zone économique. Alors que "la
souveraineté des États est perdue depuis longtemps, malheureusement, la souveraineté
n'est pas affirmée à l'échelle européenne ou de la zone euro",
analyse
le chercheur de l'OFCE.

Par manque de volontarisme ou par
excès de vertu, l'Europe va-t-elle finir par perdre son leadership mondial ? Selon
les prévisions de la Banque mondiale, dans dix ans, l'Europe aura été rattrapée
par l'Asie. Et dans quarante ans, l'économie asiatique pèsera dix fois plus lourd
que l'économie européenne ; Chinois et Indiens, qui sont beaucoup plus nombreux
que nous, auront atteint le niveau de vie des Européens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.