Guerre en Ukraine : des Russes sont-ils interdits de visite de sites touristiques en région parisienne ?

écouter (121min)

La question s’est posée ces derniers jours après l’interdiction de l’accès au Château de Vincennes à des ressortissantes russes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le château de Vincennes (Val-de-Marne) le 4 novembre 2018 (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Le sujet a agité les réseaux sociaux ces derniers jours. Le fait d’être Russe barre-t-il l’accès aux musées ? La réponse est non. On, vous explique pourquoi.  

Cela s’est passé au château de Vincennes, près de Paris, à la fin du mois de juillet : deux femmes se sont vu refuser l’accès au célèbre site par des gardiens au motif qu’elles étaient russes. L'une d'elles s'est dite "bouleversée", d'autant plus qu'elle a fui la Russie il y a cinq mois pour protester contre la guerre en Ukraine.

Contexte de guerre en Ukraine    

Pour comprendre ce qui s’est passé, il est important de savoir que le château de Vincennes abrite notamment des locaux du ministère des Armées, des bibliothèques et des archives avec un accès restreint pour cette partie du château. Or, depuis le début de la guerre contre l'Ukraine en février, une directive interne a été prise par le ministère pour restreindre l'accès de toutes les emprises militaires aux ressortissants russes.  

Les agents de surveillance à l’entrée du château de Vincennes ont donc appliqué la directive. Mais le ministère précise qu'il y a eu un manque de discernement de leur part, expliquant qu'on n'applique pas la même règle à des lieux qui reçoivent du public, comme le château de Vincennes, qu'à des bâtiments stratégiques de l'armée.  

Pas d'interdiction pour les Russes hors des sites sensibles  

Le ministère précise bien que les sites touristiques qui en dépendent restent ouverts aux Russes, comme par exemple, le Musée de l'air et de l'espace ou les Invalides. Les agents de surveillance des différents musées concernés ont reçu des précisions sur la directive afin d'éviter tout nouvel incident. Reste que de manière générale, les locaux du ministère des Armées sont logiquement soumis à des règles de sécurité strictes ; et les bâtiments sensibles restent bel et bien interdits aux Russes.

Cet été, les touristes russes sont très peu nombreux à Paris : seulement 3 à 4% de la fréquentation des années précédentes. S’ils ne sont pas interdits en France, la guerre a fait plonger leur nombre au premier semestre 2022.    

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.