Le vrai du faux numérique, France info

Quand Fox News fait passer des manifestants pour des tueurs de policiers

La chaîne américaine a présenté ses excuses cette semaine, après avoir diffusé un reportage tronqué, montrant une manifestation à Washington contre les violences policières. Sur ces images, le slogan des manifestants est transformé en appel à tuer des policiers.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le reportage a été diffusé le 21 décembre dernier, mais aujourd'hui il n'est plus accessible. Ce jour-là, deux policiers sont abattus à New York par un homme disant agir en réaction à la mort d'Eric Garner et Michael Brown, deux citoyens noirs abattus par la police. Les équipes de Fox 45, une antenne de Baltimore de la chaîne très conservatrice Fox News, décident de diffuser les images d'une manifestation contre les violences policières, qui s'était déroulée la semaine précédente à Washington. La volonté assumée est de montrer le lien de cause à effet entre la violence des manifestants, et celle de l'homme qui a abattu les deux policiers.

Et en effet, les slogans passés à l'antenne sont très violents : "We won't stop, we can't stop, so kill a cop ! " ("Nous n'arrêterons pas, nous ne le pouvons pas, alors tuons un policier ! "). Sauf que... Il s'agit d'un montage, démonté quelques heures plus tard par la chaîne C-Span (voir vidéo ci-dessus). En fait, les manifestants ne crient pas "we can't stop, so kill a cop " mais "we can't stop till killer cops are in cell blocks " ("Nous ne pouvons arrêter tant que les policiers tueurs ne seront pas en prison "). Le site Internet de L'Obs a collé les deux versions, pour que l'on s'en rende bien compte.

La chaîne Fox 45 a publié depuis un communiqué, dans lequel elle présente ses excuses, plaidant pour un "honnête malentendu ". Elle dit avoir reçu un appel téléphonique de Tawanda Jones, la manifestante chantant le slogan sur ces images. Elle-même avait poste, sur sa page Facebook, un démenti, mettant Fox News face à son erreur gravissime.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)