Cet article date de plus de sept ans.

Aucune étude n'affirme que les barbes sont sales comme des toilettes

écouter
La rumeur circule largement depuis plusieurs jours : une étude montrerait que les barbes des hommes contiennent des bactéries que l'on retrouve dans la cuvette des toilettes. C'est faux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Les barbes des hommes sont-elles sales comme des toilettes ? © Maxppp)

Ce n'est pas nouveau, les "récentes études scientifiques" sur tout et n'importe quoi pullulent sur les sites d'information et les réseaux sociaux. En l'occurrence, celle qui affirmerait que les barbes des hommes sont remplies de bactéries que l'on retrouve dans les toilettes a fait fureur ces derniers temps. 

Mais d'où vient cette "étude qui vient de tomber" ? 

Cette étude n'existe pas. A l'origine de cette rumeur, il y a un reportage réalisé par une chaîne de télévision locale basée à Alburquerque, au Nouveau-Mexique. Dans son reportage, le journaliste a décidé d'envoyer dans un laboratoire quelques poils de barbe arrachés à des volontaires.

Résultat, le microbiologiste a retrouvé quelques bactéries entériques, de l'intestin, mais seulement sur quelques échantillons de la poignée de volontaires. Difficile donc d'élargir à tous les barbus de la planète.

Ensuite, comme le montre cet article du Guardian, la peau contient de très nombreuses bactéries. Et qu'il soit barbu ou non, certaines - vraies - études ont montré qu'un visage pouvait très bien contenir des bactéries type E. coli.

En résumé : il est abusif de dire que "les barbes des hommes sont sales comme des toilettes" faute de résultats scientifiques fiables. Il s'agit d'un test réalisé sur quelques échantillons dans le cadre d'un reportage d'une télévision locale et on aurait pu avoir les mêmes résultats sur un visage non barbu.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.