Le vrai ou faux junior répond aux questions sur les abysses

Dans le vrai ou faux junior, les élèves nous interrogent sur les abysses, ces profondeurs des mers qu'on a très peu explorées.
Article rédigé par Antoine Deiana
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Pour explorer les fonds marins, on utilise généralement des sous-marins ou des drônes (HUMBERTO RAMIREZ / MOMENT RF)

Les abysses et les fonds marins fascinent tant il reste à découvrir. Les élèves du collège du Sacré-cœur à Marseille et ceux de Jules Ferry, dans l'Essonne nous interrogent sur les profondeurs des océans et c'est Olivier Lascar, rédacteur en chef du pôle digital de Sciences et avenir, il est l'auteur de "Abysse, l'ultime frontière", aux éditions Alisio.

Oui, nous sommes déjà allés au point le plus profond de la planète

Tino se demande s'il est vrai "que des humains ont réussi à aller dans l’endroit le plus profond des abysses, c’est-à-dire 11 000 mètres de profondeur" et Clara s'interroge sur l’abysse le plus profond, "la fosse des Mariannes".

Olivier Lascar leur donne raison à tous les deux, "le point le plus profond de la planète se trouve au niveau de la fosse des Mariannes, il y a un point en particulier, le 'challenger deep', qui est à peu près à 11 000 mètres de profondeur et c'est l'endroit de la terre le plus profond." Olivier Lascar explique "qu'il y a plusieurs explorateurs qui sont allés à 11 000 mètres de profondeur, les premiers, en 1960, étaient le Suisse Jacques Piccard et l'Américain Don Walsh qui ont atteint le fond de la fosse Challenger à bord du bathyscaphe Trieste à 10 916 mètres."

Pour l'anecdote, ils ont eu très peur, ils ont raconté que pendant la plongée, ils ont entendu, un instant, un craquement épouvantable, qui venait du hublot. Cela a créé un moment d'angoisse pendant l'expédition, mais finalement tout s'est bien passé.

Environ 5 % des fonds océaniques ont été explorés

Chiara se demande s'il est vrai "qu’il y a à peine 2% des fonds océaniques qui ont été explorés par des engins sous-marins."

Selon Olivier Lascar, il s'agirait d'environ 5% maximum, mais "c'est dire l'immensité du terrain vierge qui reste encore à définir". Il ajoute qu'on dit très souvent "qu'on connaît mieux la surface de la Lune que celle des fonds océaniques". Il s'agit d'un milieu très difficile d'accès et Olivier Lascar nous explique que "la pression y est très difficile à contrer". Un explorateur qui a fait beaucoup de plongée à bord d'un sous-marin qui s'appelle le Nautile, lui a raconté que quand on est à 4 000 mètres de profondeur, "c'est un peu comme si on avait le poids d'une vache sur chaque centimètre carré de sa peau."

Mi-octobre, l'Ifremer, l'institut français de recherche dédié à la connaissance de l'océan, a lancé une nouvelle expédition pour continuer d'explorer les abysses, au milieu de l'Atlantique, à plus de 3 500 mètres de profondeur. Il y a aussi le projet, Seabed 2030, chargé de cartographier l'ensemble des fonds océaniques, une sorte d'échographie globale, vue d'en haut. Actuellement ils en sont à plus de 20% cartographiés et leur objectif est de parvenir à 100% de zones cartographiées d'ici 2030.

Il reste des millions de créatures à découvrir dans les abysses

Yasmine se demande s'il est vrai que "dans les abysses il y a des créatures marines que nous n’avons toujours pas découvertes".

Olivier Lascar lui répond qu'on estime qu'il y a "250 000 espèces marines identifiées par les scientifiques et qu'il en resterait entre une et 10 millions à découvrir." Il précise que la plupart des créatures qui vivent dans les abysses "sont extrêmement petites, la grande majorité est invisible à l'œil nu, il existe aussi des crustacés, des vers, ou encore des céphalopodes, c’est-à-dire des sortes de pieuvres."

Ces créatures marines qui se nourrissent de la "neige de mer"

Bastien se demande s'il est vrai que "dans les abysses la plupart des animaux marins sont des charognards."

Oui, c'est vrai lui répond Olivier Lascar, "la plupart des animaux marins sont des charognards parce qu'ils se nourrissent de ce qu'on appelle la neige de mer, une sorte de poussière qui tombe depuis la surface et qui vient se déposer par gravité au fond de l'eau." Olivier Lascar précise que "cette neige est composée des animaux qui sont morts et qui se décomposent en petites miettes de leurs cadavres, ou cela peut aussi correspondre à des déjections d'espèces animales qui vivent plus en surface." Toute cette matière se dépose et tombe pour devenir la nourriture principale des habitants des abysses.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.