Cet article date de plus d'un an.

Le sens des mots. Chaîne, du vocabulaire de la guerre à celui de la solidarité

écouter (3min)

Tout l'été sur franceinfo, Marina Cabiten et la sémiologue Mariette Darrigrand s’arrêtent sur les termes qui ont marqué l’actualité de l’année écoulée. Aujourd'hui, le mot chaîne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La pharmacie Delpech avait mis en place une chaîne de production de gelhydroalcoolique dans la rue, à Paris, le 27 mars 2020.  (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

De la chaîne de contamination à la chaîne de solidarité, le coronavirus nous a littéralement… enchaînés. C’est l’un des mots les plus prononcés dans les médias durant l’épidémie de coronavirus.

franceinfo : Mariette Darrigrand, vous êtes sémiologue spécialisée dans l'analyse du discours médiatique et dirigeante du cabinet Des faits et des signes. La chaîne, d’approvisionnement par exemple, malmenée pendant le confinement. C’est cette dernière expression qui se rapproche le plus de la notion d’origine, que l’on doit à l’intendance militaire Mariette Darrigrand.

Mariette Darrigrand : Pas de guerre sans chaîne de ravitaillement des troupes. Durant les guerres américaines, du Vietnam ou du Golfe, cette chaîne des fournitures s’est beaucoup technicisée. La langue de l’entreprise l’a ensuite adoptée. Il y a eu bien sûr le travail à la chaîne au moment de la première industrialisation, qui disait l’alignement de chaque ouvrier sur la chaîne de production, ne pouvant pas bouger de sa place ni varier son geste. Aujourd’hui, le monde de l’industrie parle de supply chain, dans un anglais qui garde la référence au latin "catena".

C’est cette étymologie qui a aussi donné "cadenas", ce qui apporte un supplément de sens : la bonne fermeture de chaque élément de la chaîne assure sa solidité. Cette notion d’interdépendance, on la retrouve dans un mot très souvent associé à “chaîne”. 

Oui quand on dit une chaîne de solidarité. Aujourd’hui dans solidarité on entend surtout un élan de générosité, une aide. Mais dans le sens latin de solidarité, celui qu’il avait dans le droit romain, ce mot qualifiait une relation contractuelle réciproque. Quand une personne avait une dette envers une autre, leur accord était "solidus". Au même moment, on parlait d’or solide, c’est-à-dire d’or massif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.