Le rendez-vous du médiateur, France info

Le rendez-vous du médiateur. Les assistants vocaux, avenir de la radio ?

Ces petites enceintes intelligentes qui obéissent à la voix connaissent un énorme succès aux États-Unis.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'assistant vocal Alexa d\'Amazon, présenté au salon FIA de Berlin (Allemagne), le 1er septembre 2017.
L'assistant vocal Alexa d'Amazon, présenté au salon FIA de Berlin (Allemagne), le 1er septembre 2017. (BRITTA PEDERSEN / DPA)

Les assistants vocaux sont-ils une forme d’avenir de la radio ? Radio France s’est emparée de cette innovation, et franceinfo est déjà présente sur les premiers appareils. Mais beaucoup d’auditeurs s’interrogent sur leur intérêt. Pour leur répondre : Ari De Sousa, directeur adjoint de la direction du numérique de Radio France.

Plusieurs auditeurs, comme Sébastien, nous écrivent : "J’ai lu dans la presse, comme une innovation révolutionnaire, que franceinfo était présente sur l’assistant vocal Google Home. Je ne vois pas la différence avec le fait d’écouter franceinfo sur son smartphone". 

Y a-t-il une véritable différence ?

Par rapport à la radio, oui c'est différent. Un exemple : lorsqu'on dit "OK google : quelles sont les dernières actualités", on peut écouter alors le dernier flash de franceinfo à tout moment. En revanche, l'auditeur a raison, le smartphone est très proche de l'assistant vocal, car la technologie d'assistant vocal y est  intégrée. Ce qui diffère, ce sont les usages : mobilité versus domicile avec enceintes.

Quels sont les services que franceinfo peut offrir en plus de sa simple écoute ?

Premièrement : la réécoute. Ensuite, répondre à des questions qui relèvent de l'actualité. On peut encore imaginer de nouvelles formes narratives et d'interactions spécifiques à des interfaces vocales. Nous n'en sommes qu'au début et beaucoup de choses sont encore à écrire : dans le domaine des médias, de l'info trafic, les sorties près de chez soi, des domaines dans l'e-commerce ou dans l'éducation. L'important dans l'Intelligence artificielle, c'est qu'on puisse nous répondre. On parle d'IA lorsque l'on ne se rend plus compte que c'est une machine. On attend déjà de l'assistant vocal qu'il nous réponde correctement.

"La direction du numérique est très en pointe dans ce domaine. Vous faites des tests avec franceinfo sur une voiture hyperconnectée."

Qu’est-ce que cela va offrir de plus qu’un autoradio ?

La voiture va devenir et est déjà devenue un "auditorium roulant" avec une grande qualité de son. Grâce au développement des réseaux 4G et bientôt 5G et aux voitures connectées avec des puces intégrées (16% en 2021), nos auditeurs pourront écouter franceinfo partout, cela viendra compléter le réseau FM. Avec la voiture semi autonome puis autonome, la voiture va devenir un lieu de divertissement où la place des écrans sera plus grande. Si vous avez un modèle de voiture récent, vous pourrez bientôt, avec l'application Radio France, et les systèmes Androïd auto ou car play, écouter à la demande tous les programmes de Radio France dans votre voiture.

La radio doit donc repenser ses activités ?

La radio doit surtout les ajuster aux nouveaux usages. Dans le domaine du vocal, la radio part avec une longueur d'avance, ce qui n'a pas toujours été le cas dans le domaine du numérique. On va interagir avec la voix.

L\'assistant vocal Alexa d\'Amazon, présenté au salon FIA de Berlin (Allemagne), le 1er septembre 2017.
L'assistant vocal Alexa d'Amazon, présenté au salon FIA de Berlin (Allemagne), le 1er septembre 2017. (BRITTA PEDERSEN / DPA)