Le rendez-vous de la médiatrice, France info

Le rendez-vous de la médiatrice. Le traitement des élections municipales et du coronavirus sur franceinfo

Au programme du "Rendez-vous de la médiatrice" : le débat des municipales parisiennes, mardi 10 mars, sur franceinfo, et le traitement éditorial du coronavirus Covid-19. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le match PSG-Dortmund (2-0) s\'est joué à huit-clos au Parc des Princes à Paris, mercredi 11 mars 2020, en raison de l\'épidémie de coronavirus.
Le match PSG-Dortmund (2-0) s'est joué à huit-clos au Parc des Princes à Paris, mercredi 11 mars 2020, en raison de l'épidémie de coronavirus. (- / GETTY/UEFA)

Emmanuelle Daviet, la médiatrice des antennes de Radio France reçoit Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de franceinfo pour évoquer les messages et les questions des auditeurs et internautes envoyés cette semaine. 
Premier sujet de questionnement, les élections municipales. 

Le débat des municipales sur franceinfo

Voici trois extraits de messages d’auditeurs sur le débat des élections municipales à Paris, diffusé sur franceinfo mardi 10 mars : "franceinfo, chaîne radio nationale , doit-elle faire subir à ses auditeurs des régions, le grand débat opposant les candidats à la mairie de Paris ?"
Un autre nous écrit : "Le jacobinisme est toujours vivant dans notre pays."
Et aussi : "L’élection municipale à Paris n’est en rien un événement d’importance nationale, et ce débat ne fait que renforcer le sentiment que les radios nationales ne sont que des avatars du nombrilisme parisien"

Emmanuelle Daviet : Que répondre à ces critiques ?

Jean-Philippe Baille : Je m’attendais à de telles critiques. Certes, ce qui se passe à Paris ne concerne pas toute la France, mais cela a des répercussions politiques au niveau national. Les enjeux politiques de la capitale résument à eux seuls les enjeux politiques nationaux. Je ne vais pas rentrer dans les détails car nous sommes en pleines élections. Et je tiens à rappeler qu’avec le 12-14 de Frédéric Carbonne, nous nous sommes délocalisés à Lyon, à Grenoble, à Marseille, à Avignon, à Lille, à Nice, pour couvrir la campagne des municipales.

Le coronavirus

On poursuit avec le traitement du coronavirus sur l’antenne : "C’est quand même curieux ces infos en boucle sur une grippe. La société qui s’affole pour quoi ? C’est assez étrange. Je ne comprends pas le traitement de l’info".

Quel éclairage pouvez-vous apporter, Jean-Philippe Baille ?

Jean-Philippe Baille : Le débat existe pour certains auditeurs, et on peut considérer qu’on en fait parfois un peu trop. Ce n’est pas la première fois qu’on en parle ensemble. Mais les faits sont là, et il y a une situation sanitaire d’urgence qui a justifié les décisions du président de la République. Cela a des répercussions sur la vie quotidienne de millions de personnes. Et la tournure des événements semblent nous donner malheureusement raison.

Trop de focus sur les annulations de rencontres sportives ?

Un auditeur écrit : "Il est tout à fait normal de parler du coronavirus, mais vous serait-il possible d’éviter de vous focaliser sur l’annulation de nombreuses rencontres sportives ? Il y a beaucoup plus important à traiter que l’annulation d’un match de football ou de rugby. Avoir, en plus, le redoutable 'honneur' de subir, pendant cinq à 10 minutes, les réactions des supporters, c’est franchement assez pénible et inintéressant. Il y a mieux à faire que de parler de sport en ce moment." 

Que pouvez-vous répondre à cette critique d'un auditeur sur l'importance donnée aux annulations sportives ? 

Jean-Philippe Baille : Cela peut paraître anecdotique. Mais c’est la traduction concrète des effets de cette crise. C’est notre vie de tous les jours qui est touchée, bouleversée. C’est notre rôle de faire état de toutes ces conséquences.

Le match PSG-Dortmund (2-0) s\'est joué à huit-clos au Parc des Princes à Paris, mercredi 11 mars 2020, en raison de l\'épidémie de coronavirus.
Le match PSG-Dortmund (2-0) s'est joué à huit-clos au Parc des Princes à Paris, mercredi 11 mars 2020, en raison de l'épidémie de coronavirus. (- / GETTY/UEFA)