Game of Rôles - les deux tours sur Twitch : un rendez vous imaginé à l’occasion de la campagne présidentielle

écouter (5min)

Le rendez vous de la médiatrice avec Emmanuelle Daviet : chaque dimanche les auditeurs réagissent à ce qu’ils entendent, à ce qu’ils écoutent sur franceInfo. On présente aussi parfois des initiatives de franceinfo, des innovations. C'est le cas aujourd’hui, avec un rendez-vous pour sensibiliser le public à la politique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Game of Rôles - Les deux tours.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le 5 janvier dernier, avait lieu sur franceinfo la première émission de Game of Rôles les deux tours sur Twitch. C’est un rendez-vous imaginé à l’occasion de la campagne présidentielle, où vous, Jules de Kiss, et vous, Clément Viktorovich, vous donnez rendez-vous au public sur la plateforme de diffusion en direct Twitch, pour sensibiliser à la politique.

Il y a eu plus de 100.000 vues et beaucoup de messages d’auditeurs vraiment dithyrambiques sur ce concept. Notamment : "La politique ne m’intéresse absolument pas. Et pourtant, j’ai adoré l’émission et j’ai apprécié apprendre des faits réels, tout en riant des péripéties des joueurs. Excellent, ambitieux, risqué et très réussi. Bravo à tous, et hâte de voir la suite" ou encore "Super format. J’ai vraiment passé une très bonne soirée. C’était vraiment top. Félicitations ! C’est incroyablement cathartique de rire avec tout ça en ce moment."

Emmanuelle Daviet  : Alors, la prochaine émission a lieu mercredi prochain, le 23 février, c’est donc l’occasion de découvrir les coulisses de ce concept. Tout d’abord, par rapport à la plateforme de diffusion Twitch, pour les néophytes, est-ce que vous pouvez nous décrire un peu de quoi il s’agit ?

Clément Viktorovich : Twitch, c’est tout simplement une plateforme qui permet de faire de la diffusion de vidéos en direct, avec une spécificité, c’est que les commentaires des viewers, des spectateurs, arrivent sur un tchat, et donc il y a une forme d’interaction entre eux. Ceux qui regardent, et ceux qui diffusent la vidéo.

Alors Game of Rôles, quand on regarde en direct, à quoi on assiste ?

Clément Viktorovich : On assiste à une grande séance de narration. Au fond, c’est de la fiction interactive. On a un maître du jeu qui est là pour raconter une histoire. En l’occurrence, c’est l’histoire d’une campagne présidentielle. On a Jules de Kiss, qui est là pour compléter la narration avec sa belle voix de radio. Et puis, autour de la table, quatre joueurs et joueuses qui incarnent, chacune et chacun, un candidat ou une candidate à l’élection présidentielle. Et nous nous confrontons lors de débats, de joutes, à coups de discours et d’arguments, pour espérer gagner les votes des viewers, des spectateurs qui regardent en direct l’émission.

Jules de Kiss : Il y a à la fois du divertissement. C’est une fiction politique avec le premier tour d’une élection présidentielle qui se joue sur trois heures avec des candidats fictifs autour de la table. Et puis, il y a des éléments d’information apportés par franceinfo. Je suis là aussi pour ça. Dans les débats qu’on organise comme dans de vraies campagnes présidentielles, il y a des débats sur des sujets précis de société, la ruralité, la chasse, l’immigration, l’énergie, etc. Ce qui donne aussi un peu d’information, évidemment, à ceux qui nous regardent.

Quel est l’objectif de l’émission ?

Clément Viktorovich : Il est double. En réalité, il y a un premier objectif, c’est du divertissement. Les spectateurs rient, et il y a de l’humour, de l'humeur, un peu d’exaltation, d’enthousiasme. Et puis derrière, c’est aussi un objectif de participer et de permettre à des citoyens de se réemparer de la politique. Twitch, c’est un public plutôt jeune, et on sait que les jeunes sont de plus en plus éloignés, non seulement de la politique, mais surtout des élections.

Et là, on montre qu'à travers un format innovant, amusant, la politique, c’est à destination de tous. Tout le monde peut s’en emparer. Tout le monde peut prendre du plaisir, peut s’intéresser à cela. Et justement, on a des éléments d’information qui permettent également de transmettre des faits. C’est ce double objectif de divertissement, mais également d’éducation et d’information.

Emmanuelle Daviet : Jules de Kiss, Clément Viktorovich a cité un mot qui est important, c’est le mot divertissement. Comment vous avez séparé l’information du divertissement ?

Jules de Kiss : C’est vrai que nous franceinfo, on ne fait pas du divertissement, on fait de l’information, et toute la partie divertissement, justement, elle est assurée par ceux qui sont autour de la table. On peut préciser ici que ce sont ce qu’on appelle les streamers, des vidéastes en direct, qui diffusent souvent des parties de jeux vidéos, mais toutes sortes de divertissements qui là sont autour de la table et incarnent ces candidats, et Fibre Tigre, en effet, le maître du jeu fait des rebondissements, il y a des aventures, etc.

Et puis, à côté de cela, il y a des éléments d’information. Et là, il y avait la volonté de franceinfo de bien séparer le divertissement de l’information, pour que ça ne devienne pas un grand n’importe quoi. Il y a des éléments sonores qui permettent de le faire, des tapis sonores, des petites balises. Et moi, je suis là et j’interviens, et je dis bon, maintenant, on est dans le réel. Et là, je lance des éléments d’informations sourcées, vérifiées par l’agence de franceinfo, par toute la rédaction, des reportages, des interviews, etc.

Pour ceux qui veulent vous regarder mercredi prochain, quel est le mode d’emploi ?

Clément Viktorovich : Tout simplement sur Internet. La chaîne de Clemovitch, c’est le nom de ma chaîne. On peut aussi télécharger l’application pour le téléphone mobile. Au fond, Twitch, ce n'est pas plus compliqué à utiliser que YouTube pour celles et ceux qui nous écoutent.

Jules de Kiss : Exactement la même chose. Et c’est disponible ensuite en podcast et en rediffusion sur YouTube. Podcast Radio France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.