"Ils ont emmené mon fils pour le torturer" : après le traumatisme, le temps de la justice en Ukraine ?

écouter

Le Quart d’Heure part aujourd’hui en Ukraine, où un procès symbolique s’ouvre aujourd’hui : pour la première fois, un soldat russe est jugé pour crime de guerre. Y en aura-t-il d'autres ? Agathe Mahuet, envoyée spécialé, a rencontré de nombreux Ukrainiens traumatisés par le passage de l'armée russe. On vous raconte aussi pourquoi le mouvement #metoo s'invite dans la campagne des législatives. Et puis, ils cumulent des millions de vues mais rêvent de monter sur scène : enquête sur les Youtubeurs qui se lancent dans la musique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le soldat russe Vadim Chichimarine, 21 ans, lors d'une audience préliminaire en vue de son procès au tribunal à Kiev, en Ukraine, le 13 mai 2022. (EFREM LUKATSKY / AP / SIPA)

Des robes, des bijoux, de l'élégance... et soudain la guerre. Hier soir, lors de la cérémonie d'ouverture du festival de Cannes, la réalité est venue frapper à la porte du plus glamour des événements de l'année : le président Zelensky s'est adressé aux stars pour que l'on n'oublie pas "l'Ukraine qui se bat pour la liberté". Aujourd'hui est un jour symbolique à Kiev : pour la première fois, un soldat va être jugé pour crime de guerre. Et ce ne sera sans doute pas le seul : les autorités ukrainiens ont recensé 12.000 cas d'exactions. Agathe Mahuet, qui a sillonné avec Arthur Gerbaud des villages de l'est de l'Ukraine qui ont été occupés par l'armée russe, nous raconte sa rencontre avec des civils traumatisés. 

#MeToo s'invite dans la campagne 

Pendant ce temps, en France, la campagne des législatives se mène tambour battant. Et pour la première fois, une question se pose : peut-on investir des candidats qui ont été accusés de violences envers les femmes ? A gauche, le débat s'est cristallisé sur Taha Bouhafs, qui a finalement renoncé à sa candidature. Au sein de la majorité, c'est le cas de Jérôme Peyrat, candidat en Dordogne après avoir été condamné à une amende avec sursis pour violences conjugales qui pose question.

De Youtube à l'Olympia 

C'est une salle mythique, qui a accueilli les plus grands noms de la chanson française et où des fans ravis ont entonné hier soir "Je ne suis pas chauve", l'un des tubes du duo McFly & Carlito. Mais pourquoi les Youtubeurs qui cumulent des millions de vues veulent monter sur scène ? Lou Surrans a enquête pour le Quart d'Heure sur ce phénomène né dans les années 2010 et qui prend de l'ampleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.