C'est l'été... et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle

écouter

On l'associe à la douceur, à l'insouciance, à la sérénité des longues soirées en terrasse... mais l'été est aussi de plus en plus souvent synonyme de canicule, de sécheresse et d'incendie. Le changement climatique va-t-il nous forcer à revoir de fond en comble notre rapport à l'été ? A modifier nos destinations touristiques ou à décaler la période des "grandes vacances" ? Dans cet épisode du Quart d'Heure, on se penche sur la saison préférée des Français qui symbolise tous les défis du monde de demain. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des ouvriers se désaltèrent sur un chantier à Toulouse (Haute-Garonne). (THIERRY BORDAS / MAXPPP)

Il y a 40 ans jour pour jour était organisée la première fête de la musique. La date du 21 juin n'a pas été choisie au hasard : le début de l'été était l'occasion idéale de célébrer la création et le plaisir d'être ensemble. Car les "grandes vacances" occupent une place à part dans la vie des Français depuis l'instauration des congés payés et l'avènement du tourisme de masse. Dans notre imaginaire collectif, c'est une parenthèse enchantée, une bulle d'insouciance que vient assombrir depuis quelques années une nouvelle réalité : l'été, c'est la saison où le changement climatique se fait de plus en plus visible. 

Quelles en seront les conséquences ? Sommes-nous conscients de ce bouleversement majeur et prêts à adapter nos vacances, nos voyages à cette nouvelle situation ? Pourquoi y-a-t-il encore un décalage entre l'urgence climatique et la manière d'en parler dans les médias ? Dans le Quart d'Heure, on en parle avec Pablo Maillé, journaliste à la revue Usbek&Rika, qui signe un article intitulé "L'été va-t-il devenir la saison détestée des Français ?" et Anne-Sophie Novel, journaliste au média "Vert", autrice d'un article consacré à la couverture médiatique des vagues de chaleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.